Posts Tagged With 'SFIO'

Mai 68 (1) : La grève générale est venue de loin

Posted on mars 27, 2018  by admin  in Publications, Révolution communiste, Slide   Commentaires fermés
Mai 68 (1) : La grève générale est venue de loin

En France, l’année 1968 a vu dix millions de travailleurs contester l’exploitation capitaliste et bousculer les bureaucraties (PCF, SFIO, CGT, de FO, de la CFTC-CFDT…) qui les tenaient depuis plus de 20 ans dans les limites des élections et des grèves tournantes ou d’une journée.

Un demi-siècle après, le soulèvement de la jeunesse et la grève générale suscitent toujours dans ce pays la peur et la haine de la bourgeoisie, ce qu’expriment sans fard ses politiciens (Le Pen, Sarkozy…) pour qui Mai 68 fut une attaque contre l’ordre établi et contre la France. Les intellectuels de la classe dominante, plus sophistiqués mais pas moins réactionnaires (Gilles Lipovetski, Luc Ferry, Alain Renaut, Pierre Manent, Bérénice Levet, Jean-Claude Michéa…), l’accusent d’être une simple farce qui a retardé le discrédit du marxisme, engendré l’individualisme, accru l’oppression des femmes, préparé le terrorisme, etc. Pour atténuer et discréditer l’événement historique, tout ce monde reçoit le renfort de quelques acteurs de l’époque (Pascal Bruckner, Bernard-Henri Lévy, André Glucksman, Daniel Cohn-Bendit, Henri Weber, Romain Goupil…) revenus du « gauchisme » de leur jeunesse et ralliés au capitalisme.

1916 : la conférence internationale de Kiental

Posted on novembre 21, 2016  by admin  in Non classé   Commentaires fermés
1916 : la conférence internationale de Kiental

Les hécatombes de Verdun et de la Somme

La guerre qui devait être courte, selon la propagande des états-majors, des gouvernements et de leurs complices syndicalistes (CGT en France), socialistes ou travaillistes (PS-SFIO en France), dure et s’étend. Le Portugal se joint aux Alliés en mars1916, la Roumanie en août et la Grèce en novembre. Les classes dominantes, pour tenter de vaincre, imposent des sacrifices grandissants à leur population, aux jeunes et moins jeunes hommes d’abord, mais aussi aux ouvriers, employés, paysans des deux sexes de l’arrière.

1936-1938 : la coalition de Front populaire empêche la classe ouvrière de prendre le pouvoir en France

Posted on juillet 15, 2016  by admin  in Publications, Révolution communiste, Slide   Commentaires fermés
1936-1938 : la coalition de Front populaire empêche la classe ouvrière de prendre le pouvoir en France

Depuis 1936, les partis ouvriers bourgeois ne cessent de seriner aux masses que le gouvernement de Front populaire était leur gouvernement, que c’est à lui que l’on doit les « avancées » sociales obtenues en 1936 et qu’il faut recommencer. Rien n’est plus faux .

Ainsi, le 1er mai, Cambadélis avait déposé, en levant le poing, une gerbe à la statue de Blum : « Léon Blum c’est la gauche unie, la gauche qui agit ! ». Le Premier secrétaire du PS a comparé Hollande à Blum et dénoncé ceux qui divisent « la gauche ».

Quelques semaines plus tard, le 37e congrès du PCF se prononce pour la formation d’un nouveau « Front populaire et citoyen, à la fois fait de mobilisations sociales, de constructions citoyennes et d’alliance avec des courants transformateurs et réformistes prêts à agir pour un projet de transformation sociale ».

Alors que la chambre de Front populaire élue en avril-mai 1936 a voté en juillet 1940 les pleins pouvoirs à Pétain, le Parti radical ayant repris dès 1938 toutes les conquêtes obtenues par la grève générale de 1936, d’ailleurs absentes du programme du Front populaire.

La 1re Guerre mondiale (6)
1914 : contre le courant

Posted on mai 18, 2015  by admin  in Publications, Révolution communiste   Commentaires fermés
La 1re Guerre mondiale (6)1914 : contre le courant

Quand le conflit éclate en août 1914, ses principales sections (SPD d’Allemagne, LP de Grande-Bretagne, PS-SFIO de France, SDAP d’Autriche, POB de Belgique…) se rallient à leur bourgeoisie et l’Internationale ouvrière renonce, sans qu’en son sein existe pour faire face à ce reniement historique la moindre fraction ou tendance internationaliste et révolutionnaire [Révolution communiste n° 8]. La classe ouvrière en paie chèrement le prix sur le front et à l’arrière [Révolution communiste n° 9].

La 1re Guerre mondiale (2)
L’Internationale ouvrière face au militarisme

Posted on mai 20, 2014  by admin  in Publications, Révolution communiste   No Comments »
La 1re Guerre mondiale (2)  L’Internationale ouvrière face au militarisme

 

 

Les premières organisations prolétariennes internationales et la guerre

Avec l’affirmation du capitalisme comme mode de production dominant dans les sociétés européennes, américaine et japonaise, s’est développée au 19e siècle la classe des prolétaires modernes. La masse informe des exploités qui suait la plus-value – abrutie de travail, de misère, d’alcool et de religion ; réprimée violemment par la police, la justice et l’armée – s’est mue, par ses luttes, ses organisations, l’apport des intellectuels devenus communistes par contact avec l’avant-garde britannique et française de l’époque, en une classe ouvrière consciente. La forme la plus élevée de l’émergence de la nouvelle classe révolutionnaire est l’internationale : d’abord la Ligue des communistes (1847-1852) puis l’Association internationale des travailleurs (1e Internationale, 1864-1876), rassemblant tous les courants du mouvement ouvrier de l’époque.

À l’origine de la Première guerre mondiale, l’impérialisme

Posted on avril 05, 2014  by admin  in Publications, Révolution communiste   No Comments »
À l’origine de la Première guerre mondiale, l’impérialisme

La bourgeoisie française s’apprête à commémorer le centième anniversaire de la guerre de 1914-18 qui a causé sur le sol de l’Europe 9 millions de morts et environ 8 millions d’invalides de tous les continents. Elle entend profiter du centenaire pour prôner l’union nationale, c’est-à-dire le sacrifice des travailleurs aux exigences des exploiteurs, afin que les forces rassemblées de « la nation » permettent de sortir de la crise économique capitaliste.