États-Unis : le droit à l’avortement attaqué

Twitter Facebook

Abandonnez les chefs d’accusation contre Anna Yocca !

Au Tennessee, Anna Yoca, âgée de 31 ans, fait face à une inculpation pour tentative d’assassinat, avec la possibilité d’une condamnation à la réclusion à vie, après avoir, faute de structure hospitalière, tenté de s’auto-avorter au moyen d’un cintre alors qu’elle était enceinte de 24 semaines. Ce n’est que le sommet de l’iceberg de la guerre de l’État capitaliste contre les droits des femmes. Le capitalisme en déclin et en crise est un festival de réaction sociale contre les droits démocratiques, en particulier les conquêtes durement acquises par le mouvement des femmes. Des remarques sexistes du candidat à la Présidence Donald Trump aux attaques terroristes contre les cliniques d’avortement, à la sape et la mise hors la loi du droit des femmes à l’avortement, la condition des femmes se détériore sous le capitalisme mondial.

Anna Yoca a plaidé non coupable le 22 décembre, alors que des militants étaient venus l’appuyer dans la salle d’audience, portant des autocollants « Avortement sur demande et sans excuse ». Elle s’est vu accorder un défenseur public, car les avocats onéreux et les systèmes sophistiqués de défense légale sont largement inaccessibles à la classe ouvrière.

Au Tennessee, 96 % des cantons n’ont pas de service d’avortement.

Le Tennessee a une des lois sur l’avortement les plus restrictives de tout le pays et la législature projette de l’aggraver. En 2014, un amendement à la constitution de l’état clarifia qu’il ne protégerait plus le droit d’une femme à l’avortement et interdit son financement public, ce qui stipule déjà la loi fédérale. Le coût moyen d’un avortement s’élève de 475 à 680 dollars. Les cliniques du Tennessee ne pratiquent pas d’avortement après 16 semaines. (Mother Jones, 22 décembre 2015)

 Abortion

Liberté pour Purvi Patel !

Dans une affaire tout autant scandaleuse, une femme de l’Indiana, Purvi Patel, a été condamnée à 20 ans de réclusion pour « fœticide », pour avoir provoqué son propre avortement. Aux États-Unis, 38 états ont décrété des lois d’homicide fœtal. Le capitalisme à l’agonie lâche toute prétention au rationalisme et aux Lumières, ce que montre l’accusation dans l’affaire Patel qui a utilisé un « test » légal datant du 17e siècle, qui appartient à l’âge des superstitions et de la chasse aux sorcières.

Les reportages du procès ont insisté sur l’utilisation par Prahlow du « test du flottement du poumon » pour faire son jugement. L’idée derrière le test —qui date du 17e siècle— est que si les poumons flottent sur l’eau, le bébé a inspiré au moins une fois. S’ils coulent, alors le fœtus est mort avant de quitter la matrice. Si cela ressemble au vieux test pour la sorcellerie —si une personne accusée d’être une sorcière flottait, elle était jugée coupable ; si elle coulait, elle était innocente— c’est également à peu près aussi vieux et presque aussi discrédité. (New York Times, 2 avril 2015)

Le CWG exige que les charges contre Anna Yoca soient immédiatement abandonnées et que Purvi Patel ait sa condamnation immédiatement annulée et qu’elle soit libérée. Le CWG soutient l’avortement gratuit sur demande tout autant que des services de santé reproductive complets dans le cadre d’un système de santé socialisé gratuit et de qualité pour tous ! Nous appelons le mouvement ouvrier à embrasser la cause de la libération des femmes, à combattre pour le droit à l’avortement et à se mobiliser pour défendre les cliniques contre les terroristes anti-femmes.

26 décembre 2015
Communist Workers Group (Groupe de travailleurs communistes / États-Unis)