Posts Tagged With 'Philippe'

Macron – Philippe : une politique pour la bourgeoisie française au pas de charge !

Posted on juillet 29, 2017  by admin  in Non classé, Publications, Révolution communiste, Slide   Commentaires fermés
Macron - Philippe : une politique pour la bourgeoisie française au pas de charge !

Macron et LREM au pouvoir : ni un raz-de-marée, ni un plébiscite

Pour le second tour de l’élection présidentielle, les partis réformistes PS et PCF, la quasi-totalité des appareils syndicaux avaient appelé à voter Macron contre Le Pen, faisant mine, comme en 2002, de vouloir combattre le danger fascisant en attachant le mouvement ouvrier derrière le candidat de la bourgeoisie. Macron l’a emporté haut la main, avec cependant plus de 34 % d’abstention et de votes blancs et nuls. L’opération d’union nationale a donc un peu moins bien fonctionné qu’en 2002 pour l’élection de Chirac qui obtenait alors plus de 82 % des voix avec une participation de près de 80 %.

Aucune négociation des attaques ! Retrait du projet d’ordonnance !

Posted on juillet 08, 2017  by admin  in Publications, Révolution communiste, Slide   Commentaires fermés
Aucune négociation des attaques ! Retrait du projet d’ordonnance !

Lire le tract au format pdf

Malgré l’abstention massive, le nouveau président de la 5e République a obtenu une large majorité à l’Assemblée nationale avec 308 députés sur 577 pour son parti, LREM. Le gouvernement Macron-Philippe mène, tambour battant une politique dictée par les organisations patronales CPME et le Medef, l’état-major de l’armée et des grands groupes capitalistes français.

Courant juin, Macron a prolongé l’état d’urgence instauré par son prédécesseur et son gouvernement vient de présenter un projet de loi « antiterroriste » qui le rendrait permanent. Sa visite le 2 juillet à Bamako avait pour but de parrainer une nouvelle coalition militaire entre 5 pays du Sahel pour soutenir l’intervention militaire française. De leur côté, le Premier ministre Philippe et celui des comptes publics Darmarin, tous deux ex-LR, ont profité du rapport de la Cour des comptes pour annoncer le gel du point d’indice des travailleurs de la fonction publique et rétabli le jour de carence Sarkozy-Fillon.

Aucune voix pour les partis bourgeois ! Aucune négociation des prochaines attaques !

Posted on juin 08, 2017  by admin  in Publications, Révolution communiste, Slide   Commentaires fermés
Aucune voix pour les partis bourgeois ! Aucune négociation des prochaines attaques !

Lire le tract au format PDF

Macron a été élu avec le soutien des vieux partis réformistes et de la plupart des directions syndicales (PS, PCF, CGT, CFDT…). Aussitôt, il a montré qu’il privilégierait l’armée et qu’il diminuerait les droits des salariés au bénéfice des patrons. Aucune travailleuse consciente, aucun travailleur conscient ne peut voter aux élections législatives des 11 & 18 juin pour les candidats LREM ou ceux des autres partis bourgeois (LR, FN, DLF, UDI, MODEM, PRG, UPR, EELV, PE, PCD…).

Pour le capital, Macron fait l’affaire

Posted on mai 30, 2017  by admin  in Publications, Révolution communiste   Commentaires fermés
Pour le capital, Macron fait l’affaire

À la suite du référendum en Grande-Bretagne et de l’élection présidentielle des États-Unis, celle de France  montre la mise en cause de la représentation politique des principales bourgeoisies confrontées à une faible croissance économique et à l’accroissement des rivalités impérialistes. Les candidats des deux principaux partis politiques français des quarante années précédentes (LR, PS) ont été éliminés du premier tour.

L’État bourgeois n’est pas pour autant menacé, ni même sa forme de régime actuelle (la 5e République), car ce bouleversement politique ne peut pas être exploité par les travailleurs. En effet, l’élection présidentielle vient après une série de trahisons du PCF et du PS au gouvernement et de reculs de la classe ouvrière (dont la défaite du mouvement contre la loi Travail en 2016). Le faible score au premier tour des candidats plus ou moins liés au mouvement ouvrier (PS, LFI, NPA, LO) en témoigne : au total, 27,7 % des suffrages exprimés (le cumul s’élevait à 44,6 % au premier tour de 1981, encore 41,4 % en 2012).