Ils ont tué Steve ! Front unique ouvrier pour en finir avec les violences politiques de l’État Français

Le 22 juin, vers quatre heures du matin, à Nantes, alors que la fête de la musique se termine tranquillement au bord de la Loire, une très violente charge policière contre les participants provoque la chute d’une dizaine de jeunes dans la Loire.  A cette occasion, tout l’arsenal utilisé contre les Gilets Jaunes est de sortie : des dizaines de grenades lacrymogènes, de désencerclement ainsi que des tirs de LBD. Steve, animateur périscolaire de 24 ans, ne savant pas nager, pris de panique, tombe dans la Loire et coule à pic en ce petit matin. Il rejoint les nombreuses victimes des violences policières depuis quelques années. Le 29 juillet, plus d’un mois après sa disparition, le corps de Steve Maia Caniço a été officiellement retrouvé dans la Loire à Nantes alors qu’une importante mobilisation contre ce crime d’Etat a débuté dans toute la France aux cris de « Où est Steve ? ». Dès le lendemain, le Premier ministre, Édouard Philippe, se réfugiant derrière le rapport de l’inspection générale de la police nationale (IGPN) déclare « qu’il ne peut être établi de lien entre l’intervention de forces de police et la disparition de Steve Maia Caniço »

Pire : Castaner, ministre de l’intérieur, vient de décorer, dans le cadre de la fameuse « promotion gilet jaune », le commissaire qui a supervisé la charge de police durant laquelle Steve a perdu la vie. Ce même commissaire dont les accointances avec les mouvements nationalistes et fascisants sont de notoriété publique. A cette occasion 9000 policiers ont été décorés avec prime à la clef alors que certains font l’objet d’enquêtes pour des actions controversées.

Au-delà de ces faits tragiques qui deviennent systématiques, c’est toute la politique répressive et autoritaire de ce gouvernement Macron-Philippe-Castaner qu’il faut dénoncer. Depuis 2015, époque du gouvernement Hollande-Valls et l’instauration de l’État d’urgence et de façon systématique depuis 2016 et les manifestations contre la loi El Khomeri, la bride aux bandes armées du capital a été lâchée. La marche à l’Etat policier est une réalité. Les forces de l’ordre ont toute impunité pour sévir. Ainsi nous assistons depuis 2018 a une violente répression anti-ouvrière anti-syndicale et raciste contre les gilets jaunes, les travailleurs, la jeunesse, les migrants, les immigrés, les habitants des quartiers populaires de ce pays. Tout est objet de répression y compris d’inoffensifs militants écologistes assis sur le pont Sully qui ont été aspergés de gaz lacrymogène à bout portant sans la moindre sommation. De fait, que ce soit à Nantes le 22 juin ou à Mantes-la-Jolie le 6 décembre, lors de la violente interpellation de 151 jeunes contraints par les coups, les insultes et les humiliations à maintenir leurs mains sur la tête, face au sol ou au mur, pendant plusieurs heures, nous assistons à un déchainement de violences et de haines tinté de racisme. Et que dire de la mort de Mme Zineb Redouane, 80 ans, atteinte alors qu’elle fermait ses volets à Marseille par une grenade lacrymogène en pleine face, des milliers de blessés, des 5 mains arrachées et des 23 personnes éborgnées parmi les gilets jaunes.

Face à cette violence les travailleurs ne sont pas des moutons qui se réfugient à l’abattoir quand ils se font mordre par le chien du berger. Le mouvement ouvrier a les moyens d’empêcher de nuire les forces dites de l’ordre. Les syndicats de salariés et les partis issus de la classe ouvrière doivent s’unir pour défendre les manifestations, la jeunesse, les migrants, les grèves, les quartiers populaires…

Toutes les initiatives des travailleurs, des étudiants, des femmes, des immigrés, des homosexuels… pour se défendre contre les policiers sont bienvenues, notamment l’organisation de puissants services d’ordre pour défendre les manifestations. L’armement du peuple et la prise du pouvoir par les travailleurs mettront définitivement hors d’état de nuire les bandes armées du capital.

A bas le gouvernement Macron-Philippe-Castaner !

Front unique des organisations se réclamant de la défense des travailleurs pour la dissolution de l’ensemble des corps répressifs de l’État capitaliste français !

Toute la vérité sur les assassinats politiques de Steve Maia Caniço, Zineb Redouane, Adama Traore, Rémi Fraisse, etc. Aucune poursuite contre les militants arrêtés lors des manifestations des Gilets jaunes, grèves, luttes ouvrières et de la jeunesse !