Communiqué contre la répression policière à l’université Lyon 2

Twitter Facebook

Le jeudi 21 novembre 2013, un rassemblement d’une centaine d’étudiants à l’appel d’un comité de mobilisation des étudiants de Lyon 2 avait lieu devant la salle où se réunissait le congrès élargi organisé par Jacques Mayaud, président de l’université Lyon 2.  Ce congrès convoqué en urgence par la présidence de Lyon 2 devait statuer sur le processus de regroupement des universités lyonnaises.  Le rassemblement étudiant contestait les mesures d’austérité draconiennes imposées à l’université Lyon 2 du fait de cette fusion des établissements universitaires de Lyon en cours.


Selon  la FSE-Solidaires, «les CRS et la BAC ont envahi l’établissement pour stopper» ce rassemblement et ont «violemment arrêté six personnes dont trois militants de la FSE en blessant de nombreux étudiants au passage». Selon Florent Penicot, élu du syndicat FSE, il y a eu des bousculades, mais pas de coups volontaires portés par les étudiants. « En revanche certains ont été tabassés par la police dans la rue », affirme-t-il. Après ces incidents se sont six jeunes gens – quatre filles et deux garçons – qui ont été maintenus en garde à vue jusqu’à vendredi midi. Ils sont poursuivis pour «violences en réunion et dégradation de biens publics».

Face aux protestations de la communauté  universitaire chaque jour plus nombreuses, le gouvernement Hollande-Ayraut-Valls et son ministre de l’enseignement supérieur Geneviève Fioraso tentent de criminaliser les mouvements d’opposition à leur politique et de faire passer les militants syndicaux ou politiques pour des  délinquants.

Le GMI affirme sa solidarité entière au mouvement de protestation des universités, et en particulier celui de l’Université Lyon 2, contre la loi Fioraso qui poursuit  la démar­che systématique de destruction des uni­ver­si­tés enga­gée par le gou­ver­ne­ment Sarkozy-Fillon.

Nous réaffirmons aussi :

Unité de toutes les organisations syndicales, politiques et démocratiques pour la condamnation de la politique gouvernementale de répression contre les étudiants et l’abandon immédiat de toutes charges contre eux !

Cellule Lyon – Groupe Marxiste Internationaliste [CoReP]

Le 25 novembre 2013