Report du procès en extradition de Julian Assange

Twitter Facebook
Dans un précédent article du (« Le gouvernement britannique s’acharne contre Julian Assange », 16 avril 2020), nous avons rapporté que Vanessa Baraitser, la juge en charge du procès en extradition de Julian Assange, avait refusé la demande déposée par la défense de reporter, en raison des multiples problèmes liés à l’épidémie de Covid-19, les prochaines auditions, et avait insisté pour qu’elles reprennent à la date prévue, le 18 mai.

La défense déposa un appel en vue d’obtenir un ajournement du procès. Lors de l’audience dans le tribunal de Westminster, l’avocat de la défense Edward Fitzgerald argua des mesures de distanciation entre le prévenu et sa défense difficile à appliquer pendant le procès, et du blocage des témoins internationaux par le confinement. La juge Baraitser proposa le report en juillet ou en novembre, en fonction des disponibilités du tribunal de Woolwich qui jouxte la prison de Belmarsh où est enfermé Assange ; mais la première date est trop proche pour permettre de faire venir les témoins, tandis que la seconde prolonge inutilement la détention d’Assange. Finalement la défense obtint le 5 mai le report du procès au mois de septembre, dans un autre tribunal que Woolwich. Il faut dire que les avocats du gouvernement états-unien avaient marqué leur accord avec cette demande.