La Poste cachait 24 millions de masques

Twitter Facebook
Les PTT étaient une administration qui a fait place à deux groupes capitalistes, Orange et La Poste. Celui-ci bénéficie du dévouement de nombreux salariés pour qui il s’agit d’un service public. Mais les manageurs du sommet voient les choses différemment.

Les syndicats de La Poste estiment qu’il faudrait 4 millions de masques par semaine. Alors que les postiers et postières étaient loin de bénéficier des protections nécessitées par leur exposition aux risques du Covid19, et ont dû longtemps s’en passer ou bricoler. SUD-PTT a révélé que le groupe La Poste détenait 24 millions de masques dans ses locaux du Centre national des approvisionnements de Brie-Comte-Robert, en Seine-et-Marne. Il décidait d’attaquer l’employeur en justice, l’assignant en référé dès la mi-mars :

L’avocat de la direction a fourni un beau document qui nous explique tranquillement que La Poste était bien consciente du danger et qu’elle stockait des masques pour protéger ses agents… Le groupe dispose de 486 000 paquets de 50 masques. Donc, 24 300 000 masques sont en stock. Plus de 24 millions de protections que n’ont pas eu les agents du guichet au début du confinement, plus de 24 millions de masques qui ne sont pas arrivés chez les livreurs et facteurs ! Une partie a été distribuée (300 000) au ministère de l’Intérieur, on le sait grâce à un tweet de Castaner, mais pas aux agents, ni aux hospitaliers ! Pourquoi ces matériels n’ont-ils pas été distribués aux postier·e·s les plus exposé·e·s ? (SUD-PTT, 3 avril)

La Poste cache donc plusieurs millions de masques alors que, non seulement les postiers ne sont pas tous équipés, mais que des milliers de soignants ne disposent toujours pas des masques nécessaires. Quelque peu embarrassés, les patrons ont tenté de désamorcer l’affaire.

Nous ne sommes ni distributeurs, ni fabricant de masques. Les masques dont il est question sont des masques chirurgicaux simples… La Poste a constitué des stocks de masques à l’occasion de la crise sanitaire H1N1 en 2009 dans le cadre de sa politique de prévention sanitaire. Il a été vérifié au début de l’année 2020 que la plupart de ces masques pouvait encore être utilisé. La moitié de ces masques a été acheminé en territoire dans les établissements dès le début du mois de mars pour les besoins des postières et des postiers et une grande partie est déjà utilisée. Outre l’équipement des postiers, La Poste a fait des dons réguliers de masques pendant toute cette période : 1 million de masques chirurgicaux à l’AP-HP, 300 000 au ministère de l’Intérieur, de 500 000 à la RATP, 510 000 au personnel d’Intermarché… (La République de Seine et Marne, 7 avril)

En fait, il s’agissait d’un troc avec le groupe privé Intermarché, selon le président de la Poste.

Nous avons dans un échange de gel contre masques envoyé plus de 530 000 masques à Intermarché pour nous-mêmes avoir du gel car ils avaient plus de gel. (Philippe Walh, Audition par le Sénat, 8 avril)

Lors d’une réunion avec les directions syndicales, la DRH du groupe a avoué qu’il s’agissait de les dissimuler à l’État pour qu’ils ne soient pas livrés aux hôpitaux.

Nous n’avons pas intérêt à ce que cela se sache car si nous sortons le chiffre, nous risquons de nous faire réquisitionner. (Valérie Decaux, 6 avril)

L’armée et des grandes entreprises ont toujours disposé de stocks de masques, dont certains de haute qualité, qui n’ont pas été réquisitionnés pour protéger les plus exposés durant les premières semaines de l’épidémie : soignants, conducteurs de bus, éboueurs, caissières, postiers, etc. L’état-major a gardé les siens et les capitalistes industriels ont utilisé les leurs pour poursuivre (ou reprendre) l’exploitation de leurs travailleurs.

Les masques FFP2, les plus protecteurs face à la pandémie, sont ceux qui manquent le plus aux soignants, contaminés par milliers. Dans le même temps, les entreprises en consomment d’importantes quantités, à tel point que des salariés de Renault ou Michelin sont mieux équipés que les hospitaliers. (Mediapart, 26 avril)

Souvent, les masques distribués au compte-goutte dans les hôpitaux sont périmés. Alors que des travailleurs, des associations, des indépendants de diverses professions se mobilisent chaque jour pour pallier les manques, trouver des solutions, venir en aide aux plus démunis, les capitalistes et leur gouvernement s’avèrent encore incapables, après 2 mois d’épidémie, de régler une question aussi simple que de fournir des masques en nombre suffisant pour tous. Mais il est vrai que la direction de La Poste ne fait qu’appliquer ce que préconise le chef de l’État.

Je refuse aujourd’hui de recommander le port du masque pour tous et jamais le gouvernement ne l’a fait. Si nous le recommandons, ce serait incompréhensible. Les soignants en souhaitent davantage, c’est normal et c’est bien l’objectif de notre agenda de production que de répondre à cette attente. (Emmanuel Macron, Le Point, 15 avril)

Macron rejoint ainsi Trump, Bolsonaro ou Johnson qui s’étaient déjà particulièrement illustré par leur incompétence face à la pandémie. Il est temps d’en finir au plus vite avec eux et le système capitaliste qu’ils défendent.

26 avril 2020