Le nouveau gouvernement fédéral : la force turquoise et la feuille de vigne verte (GKK/Autriche)

Twitter Facebook
Le 2 janvier 2020, Sebastian Kurz, en tant que président tout-puissant de l’ÖVP [Parti populaire, principal parti de la bourgeoisie dont la couleur du drapeau est turquoise], et son homologue des Grünen [Verts, le parti écologiste], Werner Kogler, ont annoncé que les équipes de négociation des deux partis s’étaient mises d’accord sur un programme gouvernemental commun après une lutte acharnée.

La vice-présidente du Club des Verts, Sigrid Maurer, a même chuchoté à l’approche de la conférence de presse du futur chef du gouvernement, non seulement pour les Verts, mais aussi pour le nouveau Parti populaire, qu’il y avait « beaucoup de choses douloureuses » dans l’accord de coalition négocié. Cette déclaration était probablement une plaisanterie.

Car c’est ce qui a finalement été convenu par le Congrès fédéral des Verts à Salzbourg le 4 janvier. Le programme gouvernemental adopté le 1er janvier avec une majorité de 93,18 % est, à l’exception de quelques points que nous aborderons plus loin, dans la pire tradition de la coalition bleu-turquoise [coalition entre ÖVP, Parti de la liberté, le parti fascisant, et le FPÖ, aux couleurs bleu et turquoise] de 2017-2019.

Le négationniste Maurer, cependant, se réjouit de « l’écriture verte (qui) traverse tout le programme du gouvernement.» (https://www.diepresse.com/5745951/maurer-es-ist-auch-fur-die-ovp-sehr-vieles-schmerzhaft).

Après l’ébullition d’Ibiza [l’affaire de corruption qui a ruiné la participation du parti fascisant FPÖ au gouvernement autrichien en 2019], Sebastian Kurz s’est montré de manière insupportable comme un martyr qui, pour le bien du pays, avait pris sur ses épaules tout le poids de la politique gouvernementale et fait bonne figure dans la mauvaise pièce des différentes affaires du FPÖ. Les jérémiades avaient un but précis. Kurz s’est esquivé avec élégance et a fait semblant de n’être (en tant que chef du gouvernement !) aucunement responsable des actions scandaleuses de son gouvernement.

Le fait qu’il ait principalement visé le ministère de l’Intérieur sous la direction de Herbert Kickl ne signifie en aucun cas un pas vers « l’État de droit » ou la préservation des libertés démocratiques.

Kurz, qui avait montré en paroles et en actes qu’il suivait une voie clairement autoritaire, a profité de l’occasion pour arracher les deux ministères clés (Intérieur et Défense nationale) à son partenaire de coalition. Face à une opposition sociale-démocrate complètement désorientée, il espérait pouvoir continuer à gouverner sans le FPÖ. La motion de censure déposée par le SPÖ, après quelques manœuvres, a renversé un gouvernement pour la première fois dans l’histoire de l’Autriche et a en même temps rendu transparent le rapport du principal parti de la bourgeoisie avec sa propre forme de gouvernement parlementaire : en vue des nouvelles élections qui étaient désormais nécessaires, Kurz a déclaré que maintenant que le parlement avait parlé, « le peuple » s’exprimerait lors des élections.

Le nouvel ÖVP, qui, avec son partenaire de coalition le FPÖ (Parti de la liberté), a utilisé des motions d’initiative pour saper le contrôle de l’opposition et a délibérément fait passer des lois anticonstitutionnelles (restrictions de la sécurité minimale, introduction de journées de 12 heures de travail par jour par le biais d’une motion d’initiative, modification complète des propositions de loi par des amendements de dernière minute…), a joué ouvertement le « peuple » contre le « parlement ».

Le représentant des grandes entreprises autrichiennes (mais pas seulement) avait déclaré ouvertement en septembre 2018 : « Une grande partie de ce que je dis aujourd’hui a été massivement critiqué il y a trois ans et rejeté comme étant d’extrême droite, cela a changé. » (https://www.oe24.at/oesterreich/politik/Kurz-Vor-3-Jahren-als-rechtsradikal-abgetan/349132614).

Comme pour le changement de gouvernement en février 2000, de nombreux « gauchistes » se sont fixés sur le FPÖ. Ses actions imprudentes – après tout, le parti de la petite bourgeoisie réactionnaire, qui dérivait de plus en plus vers le fascisme, attendait d’être enfin bien payé – en faisaient des cibles faciles. Le fait que la ligne de conduite constamment réactionnaire du gouvernement porte la signature du nouveau Parti du peuple a été consciemment ou inconsciemment minimisé. Le groupe Klassenkampf a inlassablement souligné ce fait. Nous avons également toujours dit clairement depuis l’été dernier que, quel que soit le nouveau gouvernement, il continuera ses attaques contre les acquis sociaux et politiques des salariés. C’est exactement ce que confirme la lecture du programme gouvernemental vert-turquoise.

Il n’est pas étonnant que les médias européens aient rendu compte avec minutie des négociations de la coalition et de leur conclusion. Car les « Verts » se présentent dans toute l’Europe comme les partis démocratiques, libéraux, sociaux, humanistes d’une petite bourgeoisie éduquée et soucieuse de l’environnement. Le fait qu’ils forment aujourd’hui en Autriche une coalition avec un parti bourgeois réactionnaire, contre lequel ils avaient polémiqué pendant des années sur la question des migrations, qui a mis l’ordre public et la fermeture des frontières sous sa bannière, qui représente ouvertement les intérêts des grandes entreprises – et ce pour des concessions qui ne sont nullement enivrantes – est en effet mémorable. Dès le préambule du programme gouvernemental, l’insupportable gaieté patriotique nous submerge :

L’Autriche est un pays merveilleux. Façonné par la nature et le paysage dans sa diversité et sa beauté. Soutenu par une économie innovante. Situé au cœur de l’Europe. Célèbre pour son art et sa culture. Et qui s’est construit sur sa culture démocratique et sur la diligence et l’engagement de ses citoyens. Tout cela fait l’Autriche.

Qu’est-ce qui pousse les Verts à former une alliance gouvernementale avec les réactionnaires de l’OVP ?

Nous sommes la première génération à ressentir les effets de la crise climatique et en même temps la dernière génération à pouvoir prendre des mesures de lutte. La protection de l’environnement et une économie forte ne doivent pas être contradictoires. Notre site d’activité peut devenir encore plus dynamique, nous pouvons créer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité si nous investissons dans la durabilité : nous pouvons préserver la création et lutter contre la crise climatique. Les deux signifient qu’il faut laisser aux générations futures une Autriche vivable – économiquement et écologiquement intacte. Dans ce contexte, la durabilité signifie également qu’il faut veiller à l’équilibre du budget national.

Vous l’avez deviné : c’est l’apocalypse environnementale imminente qui impose l’unité. Le scénario de l’apocalypse rappelle fatalement la propagande des identitaires, qui déclarent également : « Nous sommes la dernière génération qui peut encore changer quelque chose ! » Si certains ont peur du « grand remplacement », d’autres ont peur de la fin des temps écologiques.

Reflétant moins la base militante que les ambitions de l’appareil du parti écologiste, les négociations de coalition ont provoqué des troubles et du ressentiment. La transformation du parti populaire bourgeois, qui avait été fidèle à la seconde République, en un parti autoritaire et réactionnaire qui a l’objectif ouvert de balayer tout ce qui rappelait ne serait-ce qu’un tant soit peu le « socialisme » et d’établir un État fort, s’est faite en public. Il est évident que le partenariat social est comme mort. Les attaques contre les droits sociaux fondamentaux et les réalisations sous le gouvernement Kurz-Strache ont effectivement été présentées par un ministre bleu – mais la malheureuse Mme Hartinger-Klein (ministère des affaires sociales, FPÖ ) n’était que la marionnette du Chancelier. Même le ministre de l’intérieur bleu Kickl, qui semblait avancer constamment dans son langage extrêmement polémique avec son sous-entendu fasciste, a suivi la ligne qui a finalement été fixée par le parti de Kurz. Les luttes de pouvoir pour les positions et les postes ont résulté d’un rapport de forces dans lequel chacune des deux parties a essayé en montrant les dents et les griffes d’arracher pour elles-mêmes les morceaux les meilleurs et les plus lucratifs du corps de l’État.

La véhémence de l’offensive réactionnaire a contribué de manière significative à l’effondrement du SPÖ. Solidement ancrés dans les illusions d’une collaboration de classe perpétuelle, la direction de Kern, puis Rendi-Wagner ont dû faire la douloureuse expérience que le parti ouvrier bourgeois était devenu inutile à la bourgeoisie, qui désormais lui en ferait baver. Au Parlement, le SPÖ a été écarté par des motions d’initiative ; l’apparition arrogante des partenaires de la coalition « turquoise et bleue » dans la salle du Conseil national a signifié : « Nous trouvons ce spectacle ridicule et nous tirerons d’autres ficelles ».

Les Verts, qui avaient été expulsés du Parlement lors des dernières élections au Conseil national, ont maintenant commencé à rattraper leur retard afin de pouvoir à nouveau s’exprimer au niveau national. Dans cinq États fédéraux, les Verts étaient déjà représentés dans les gouvernements des États – et seulement dans un d’entre eux avec le SPÖ, à savoir à Vienne. Dans le Vorarlberg, à Salzbourg, au Tyrol et en Haute-Autriche, le « Parti de l’environnement » était représenté dans des coalitions avec l’ÖVP.

Alors que l’ÖVP (fédéral) et le FPÖ ont colporté pendant des années des histoires d’horreur sur le « rouge-vert », les Verts se sont imposés comme de solides cogestionnaires dans les régions du pays dominées par l’agriculture. Alors que le Parti populaire fédéral et organisé, avec son appareil lourd et ses liens avec Raiffeisen (grande banque chrétienne dominant l’agriculture avec une influence politique considérable, NDR), avait perdu l’accès aux classes paysannes plus jeunes et innovantes, les Verts ont pu y former des têtes de pont pertinentes. Les demandes en faveur d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement, d’une réduction des émissions polluantes, d’une augmentation des subventions pour les agriculteurs biologiques, de la réorganisation des infrastructures publiques par bus et par train ont été efficaces, tout comme l’accent mis sciemment sur les traditions chrétiennes dans les questions de droits de l’homme.

À Vienne, les Verts ont pu gouverner conjointement avec le SPÖ dans des conditions beaucoup plus favorables et faire appel avant tout à l’intelligentsia petite-bourgeoise urbaine. Ainsi, les Verts ont même été représentés avec des drapeaux et des bannières lors des manifestations et des mobilisations du jeudi contre le bleu turquoise de l’ÖVP. Ici, c’est surtout leur propagande contre la politique xénophobe du gouvernement qui a contribué à façonner leur image de parti « de gauche », tout comme leur résistance aux plans réactionnaires de la coalition bleu turquoise tels que les « classes allemandes » [modèle de ségrégation des enfants qui ne parlent pas assez bien l’allemand] ou la « détention préventive ».

Ces temps sont manifestement révolus maintenant. Pour quatre postes ministériels et les avantages associés d’un parti au pouvoir (appareil et personnel plus importants), le parti des Verts a enterré nombre de ses positions clés traditionnelles. Le travail constant en vue d’une coalition avec le parti conservateur montre à quel point les étiquettes « gauche » et « droite » sont absurdes. Lorsque les choses se corsent, les positions sociales sont rapidement jetées par-dessus bord comme les programmes de démocratie bourgeoise ou l’engagement humanitaire. « C’est la lutte des classes, stupide », pourrait-on dire en variation d’un dicton concis. La direction des Verts et 93,18 % des délégués du BuKo [Bundeskongress, la convention nationale des Verts] ont donné une procuration générale pour poursuivre sur la voie autoritaire des éco-phrases non contraignantes de la déclaration gouvernementale, de la promesse de plus de « transparence » et des radotages pathétiques de Sebastian Kurz et donc des grandes entreprises :

Avec ce programme, nous assumons une responsabilité – envers le peuple autrichien et envers le parlementarisme et la bonne coopération, envers la valeur du compromis et de l’échange pour la démocratie. Nous assumons cette responsabilité dans une situation où personne d’autre n’a la force de l’assumer dans l’intérêt des Autrichiens.

Dans les années 1930, le révolutionnaire marxiste-internationaliste Léon Trotsky a analysé la situation en France alors que le pays était au bord de l’effondrement, entre une situation prérévolutionnaire et le danger d’une offensive fasciste majeure. Ce faisant, il a examiné le rôle politique de la petite bourgeoisie :

La société actuelle se compose de trois classes : la grande bourgeoisie, le prolétariat et la classe moyenne ou la petite bourgeoisie. Les relations entre ces trois classes déterminent également, en fin de compte, la situation politique du pays. Les classes de base de la société sont la grande bourgeoisie et le prolétariat. Seules ces deux classes peuvent mener une politique indépendante claire et cohérente. La petite bourgeoisie se caractérise par sa dépendance économique et l’inégalité sociale. Ses strates supérieures passent directement à la haute bourgeoisie. Les couches inférieures fusionnent avec le prolétariat et s’enfoncent même dans l’état de prolétariat lumpen. Selon sa situation économique, la petite bourgeoisie ne peut pas avoir sa propre politique. Elle oscille toujours entre les capitalistes et les ouvriers, sa propre classe supérieure la pousse vers la droite, ses couches inférieures, opprimées et exploitées, sont capables, dans certaines circonstances, de basculer brusquement vers la gauche. (Où va la France ?, octobre 1934)

En Autriche, nous avons connu ces dernières années des changements politiques qui sont liés à la crise de la social-démocratie. De la même manière que les salariés se détournent de plus en plus de « leur » ancienne direction, deux partis initialement petits-bourgeois – le FPÖ, réactionnaire et fasciste, et le Parti des Verts, « démocratique » et moderne – ont pu se consolider et se construire. Les deux partis incarnent à leur manière la portée politique des fluctuations de la petite bourgeoisie.

L’absence d’un parti ouvrier révolutionnaire conscient des classes favorise la dégénérescence des partis politiques de la classe moyenne. Nous sommes actuellement témoins de ce processus.

Les Verts mettent la « politique climatique » sur leurs bannières dans le programme du gouvernement. Ils proposent des recettes qui sont en fait des placebos. On ne peut pas parler sérieusement de protection de la nature si l’on veut garder les deux pieds dans l’économie capitaliste. Ceux qui ne veulent pas toucher aux grandes entreprises énergétiques, ceux qui continuent à laisser le contrôle des moyens de production à une petite couche de capitalistes et donc l’exploitation et le gaspillage des ressources naturelles, ne peuvent que proposer des mesures cosmétiques. C’est exactement ce que font les Verts dans le programme commun avec l’ÖVP. La menace de facto des taxes sur le CO2 touche principalement les salariés, tout comme les taxes à la surconsommation des voitures « non écologiques ». Des billets bon marché pour les transports publics sont annoncés – mais la provenance du « milliard pour le transport » reste un mystère.

Les Verts se sont laissé imposer les grandes lignes de la politique conduite en bleu turquoise: les impôts doivent être réduits, le déficit zéro doit être atteint et la dette publique globale doit être réduite. En fait, une telle politique économique ne peut être menée qu’au détriment des salariés, des chômeurs et des plus vulnérables. En fait, le taux de l’impôt sur les sociétés doit être ramené à 21 %. La réduction prévue de l’impôt sur le revenu provient également du répertoire bleu turquoise et ne touche pas le tiers inférieur de la population active : car cette partie de la classe ouvrière gagne de toute façon si peu qu’elle doit vivre sous la limite de l’impôt. Cependant, la réduction d’impôts est très sensible parmi les hauts revenus, ainsi que parmi les couches aisées de « l’aristocratie ouvrière ». Afin de prévenir un éventuel mécontentement face à la répartition inéquitable de la richesse sociale, les Turquoises ont « donné » aux Verts le ministère des affaires sociales – et ont en même temps transféré les compétences essentielles de ce département au ministère de l’économie. Bien sûr – la MGS [un service pour les demandeurs d’emploi] n’a rien à voir avec le « social », mais bien plus avec « l’efficacité économique ». Le programme gouvernemental prévoit un nouveau harcèlement des demandeurs d’emploi. Il est question d’une « réforme » des dispositions à leur encontre, vers une augmentation des contrôles, des sanctions et de la pression.

Il est logique que le thème d’une journée de 12 heures ne joue pas de rôle dans le programme commun des Verts et du nouveau Parti populaire. On aurait pu s’attendre à une déclaration claire des syndicalistes indépendants au congrès fédéral des Verts. Mais cela n’a pas eu lieu. Nous attendons avec impatience de voir ce qu’il adviendra de l’annonce suivante de l’AUGE/UG [Alternative, Verts et Syndicalistes indépendants, la fraction syndicale des Verts] :

Il est encore trop tôt pour juger de manière concluante de tous les points du programme gouvernemental. L’AUGE/UG examinera le programme du gouvernement en détail dans les prochains jours et le commentera en détail. (Klaudia Paiha, porte-parole fédérale de l’AUGE/UG)

Dans tous les domaines sociaux et socio-politiques concernés, le programme s’inscrit dans la continuité du gouvernement bleu turquoise : l’anti-islamisme est élevé au rang de raison d’État (interdiction du port du foulard dans les écoles publiques jusqu’à l’âge de 14 ans), création d’un « observatoire » de l’« Islam politique ». Ce n’est pas, comme l’écrivent les leaders d’opinion proches des Verts avec les mots de Florian Klenk, une mesure émancipatrice pour renforcer les droits des filles et des femmes musulmanes. Si c’était le cas, il faudrait une séparation complète de l’État et de toutes les communautés religieuses et de leurs symboles. Ainsi, un groupe est isolé et mis au pilori – un merveilleux exemple d’une politique de ségrégation de type apartheid.

Cela se reflète également dans le secteur de l’éducation. Hourra, les cours d’allemand sont de retour ! Que diront les syndicalistes verts relativement bien représentés dans le secteur scolaire ? Et pour couronner le tout, la troupe Kurz a également inclus une véritable innovation dans le chapitre « Migration » : l’espace « sans coalition » en cas de « vague de migration massive ».

Concrètement, cela signifie que lorsque le gouvernement Kurz-Kogler est pris de panique au sujet des réfugiés, Kurz peut prendre un « temps mort » et adopter des lois réactionnaires avec le FPÖ sans que cela n’entraîne une rupture de la coalition. La politique de Kurz annoncée ici est honorée par Kogler dans la mesure où les Verts acceptent la « détention préventive » contre laquelle ils se sont battus jusqu’à présent. Et en arrière-plan, vous pouvez entendre Herbert Kickl ricaner.

Afin d’assurer la paix et l’ordre à d’autres égards également, le nouvel ÖVP concentre le ministère de l’intérieur et le ministère de la guerre entre ses mains. Cela surprend-il quelqu’un que l’armée fédérale soit appelée plus fortement à « maintenir la sécurité publique » ? Nous ne pouvons pas présenter ici une critique détaillée point par point du programme gouvernemental, ce qui n’est pas non plus absolument nécessaire pour pouvoir juger les grandes lignes de cet accord.

Ce que nous avions prédit avant les élections reste vrai : le nouveau gouvernement poursuivra également sa politique agressive à l’encontre de la population active et des chômeurs (migrants ou nationaux). La résistance contre ces mesures ne doit pas s’arrêter, simplement parce que la bourgeoisie a maintenant acquis une feuille de vigne verte comme accessoire à la mode du costume Armani. Tous les travailleurs, les employés et les jeunes qui tentent d’apporter un changement de cap au sein du SPÖ sont particulièrement importants. Contrairement à eux, nous ne voyons aucune chance pour le SPÖ de redevenir un parti de classe socialiste. Mais nous disons qu’en dépit de toutes les différences, il est nécessaire que toutes les forces qui veulent se mobiliser contre les attaques à venir dans l’intérêt du capital autrichien s’unissent en un large front uni de travailleurs pour organiser la résistance. Une étape essentielle doit être la préparation de la grève générale pour empêcher les plans antisyndicaux de la bourgeoisie et de ses appendices petits-bourgeois. Par la solidarité de classe prolétarienne, contrecarrons les politiques de division menées par la classe dirigeante.

10 janvier 2020

Gruppe Klassenkampf