Pour la libération immédiate de Carola Rackete

Twitter Facebook

En 2014, l’Union européenne a cessé d’aider les personnes en danger en mer Méditerranée. Depuis 2016, pour interdire le départ des migrants de ses côtes de la Libye (où ils sont dépouillés, violés, brutalisés, réduits en esclavage), elle finance les garde-côtes (qui sont des milices douteuses) et leur fournit l’information recueillie par les radars et satellites de ses armées, ce qui est contraire au droit international (le Haut-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU a d’ailleurs dénoncé cette collaboration en novembre 2017). Depuis juin 2018, le gouvernement italien Liga-M5S refuse l’accès de ses ports aux navires qui recueillent des réfugiés, ce qui est contraire au droit international (conventions maritimes de 1974, de 1982…). Résultat : 600 personnes sont mortes en 2019.

Le 12 juin, le Sea Watch 3, un navire d’une ONG allemande, a recueilli 52 personnes à bord d’un bateau pneumatique à la dérive. La capitaine du navire Carola Rackete a refusé de remettre les rescapés à la Libye, ce qu’exigeait le gouvernement italien. Bien que le 25 juin, la Cour européenne des droits de l’homme ait refusé de désigner un port italien sûr, la capitaine Rackete a forcé l’interdiction, pénétré les  eaux territoriales dans la nuit du 27 au 28, en entrant dans le port de Lampedusa pour mettre en sécurité les personnes bloquées à bord depuis 17 jours.

Salvini l’a fait arrêter le 29 juin, ce qu’il appelle « faire usage de tous les moyens démocratiquement permis pour bloquer cette insulte au droit et aux lois », en prétendant qu’elle a « aidé des trafiquants d’êtres humains ». L’ONG risque la confiscation du navire et une lourde amende.

Toutes les organisations ouvrières, syndicats et partis, doivent se prononcer pour la libération de Carola Rackete en appelant à manifester devant les ambassades et consulats italiens jusqu’à sa libération.

·         Levée des poursuites contre les organisations, associations, militants qui viennent en aide aux migrants !

·         Liberté de mouvement pour tous les navires des ONG ! Ouverture des ports !

·         Ouverture des frontières et accueil de tous les migrants !