La recolonisation brutale du Brésil (TML – Brésil)

Twitter Facebook

(Portugais/Português)
Avec le coup d’État l’impérialisme nord-américain est en train de recoloniser le Brésil de façon brutale en massacrant la population opprimée et en détruisant l’industrie nationale.

Chaque jour le plan yankee est plus clair, il vise à détruire complètement le pays, à transformer le Brésil en une terre ravagée, à l’exemple ce qui est fait en Palestine avec l’enclave sioniste et terroriste d’Israël, ou en Irak et en Lybie, ce qui signifiera pour le peuple brésilien la recolonisation et l’esclavage.

Avec l’aide du PSDB-DEM-PMDB, l’impérialisme étasunien est en train d’aller bien au-delà du « Plan un pont pour le futur » de Michel Temer car en plus d’attaquer les travailleurs et la majorité opprimée du pays, en annonçant la fin des programmes sociaux, la fin de la sécurité sociale, la fin du droit du travail, la fin du système de santé, la privatisation des aéroports, des banques et des entreprises d’État comme Petrobrás, du pétrole (Pré-sal), de la forêt amazonienne, de l’eau, il est en train de détruire totalement le parc industriel du Brésil, surtout ses branches les importantes et celles qui sont consacrées à l’exportation comme l’industrie de la viande, l’industrie nucléaire, l’industrie navale, ce qui prouve que l’impérialisme n’admet pas la moindre concurrence à la domination de ses monopoles, avec les réactions qui en résultent, comme les guerres.

D’autres entreprises importantes et stratégiques pour le pays comme la poste continuent d’être détruites. Il manque à présent des facteurs pour distribuer le courrier, mais aussi des fonctionnaires administratifs. Au matin du 18 mars la station de radio CBN de São Paulo affirmait que par endroits des courriers n’ont pas été livrés, tandis que d’autres ne le sont qu’un jour sur deux.

Le Brésil a été détruit – et il continue de l’être – de manière systématique par les putschistes avec la destruction du programme nucléaire, de l’industrie navale, à l’aide de la farce de l’opération Lava Jato (lavage express), en passant par la barbarie des maisons d’arrêt, les émeutes réactionnaires des polices militaires dans les États, avec plus de 200 assassinats début 2017, l’aggravation du génocide de la population pauvre et noire des quartiers périphériques des villes, l’amplification des carnages perpétrés par la police militaire de l’État de São Paulo entraînée et armée jusqu’aux dents par l’enclave sioniste et terroriste d’Israël.

En outre, en raison de la destruction du système de santé publique (SUS – Sistema Único de Saúde), la population brésilienne court le risque d’être décimée par le retour des épidémies de fièvre jaune, de choléra, de coqueluche, sans parler de la dengue, du chikungunya, du zika… La population même s’en est déjà rendu compte et elle commence à désespérer.

La bourgeoisie nationale qui a soutenu le récent coup d’État est à présent attaquée à son tour, elle se trouve totalement incapable de réagir.

L’impérialisme américain et les secteurs serviles de la bourgeoisie nationale (PSDB-DEM) sont confrontés à une impasse car ils ont l’intention de retirer Michel Temer du pouvoir mais ils n’ont pas l’assurance d’y parvenir, tout ceci dans l’objectif de transformer le plus rapidement le Brésil en un territoire ravagé, en réponse aux intérêts des États-Unis.

Seule la classe ouvrière, en conduisant les paysans pauvres et les étudiants, pourra faire face à l’impérialisme et à la bourgeoisie servile, mais pour cela il est fondamental que les organisations de masse comme le PT, la CUT, le MST et le UNE rompent avec la politique de conciliation et de collaboration de classe qui paralyse la lutte pour le renversement des putschistes, en encourageant l’action directe des masses, en créant des comités d’auto-défense, des milices ouvrières et populaires à partir des syndicats, en convoquant un congrès de la base de la classe ouvrière à São Paulo, avec des délégués de base élus dans les États de la fédération, en vue de chercher une alternative pour les travailleurs, un gouvernement ouvrier et paysan.

21 mars 2017, Tendência Marxista-Leninista