Sur l’interdiction des spectacles de Dieudonné

Twitter Facebook

Peu de temps après les vœux de François Hollande annonçant sa main tendue aux patrons et les cadeaux qui vont suivre, alors que les fermetures totales ou partielles d’entreprises continuent de jeter sur le carreau des milliers de salariés, le gouvernement, dans une manœuvre de diversion à la petite semaine, a engagé une procédure pour interdire les spectacles de Dieudonné pour antisémitisme et menace à l’ordre public, par l’intermédiaire du ministre de l’Intérieur M. Valls, qui organise la chasse aux sans-papiers et désigne les Roms d’Europe de l’Est comme inassimilables. Le Conseil d’État, une des plus hautes juridictions de la très réactionnaire Ve République, vient de lui donner raison, contre l’avis du tribunal administratif de Nantes.

Autrefois Dieudonné combattait le Front national et ridiculisait la bourgeoisie. Aujourd’hui son antisémitisme ne fait aucun doute. Dans une rhétorique qui rappelle celle du fascisme des années 1930, il dénonce non pas le capitalisme qui génère la crise, non pas l’impérialisme qui pille et détruit la planète, mais les « puissants » qui seraient les Juifs. Il invente des complots qui assimilent l’ensemble des Juifs du monde à l’État colon d’Israël, instrument de l’impérialisme américain et ses crimes contre le peuple palestinien. Il confond volontairement l’antisionisme avec l’antisémitisme qui n’est qu’une des manifestations du racisme qui sert toujours la bourgeoisie pour diviser le prolétariat, la seule force capable de liquider définitivement le racisme par la révolution socialiste mondiale. En toute logique, Dieudonné entretient des liens avec Le Pen père et le parti fascisant FN, avec Soral et son officine nazie E&R, ennemis déclarés des travailleurs, en particulier ceux d’origine étrangère.

Hollande et son gouvernement sont tout entiers au service du capitalisme : ils discriminent les travailleurs étrangers, ils poursuivent en Afrique les interventions militaires pour le compte de l’impérialisme français, ils soutiennent à bout de bras les patrons contre les salariés en France : la politique qu’ils mènent, avec la complicité des directions syndicales, est le terreau du racisme et du fascisme. L’initiative qu’ils ont prise pour interdire les spectacles de Dieudonné n’est en rien une mesure efficace contre le racisme, dont fait partie l’antisémitisme, mais un simple artifice pour tenter de donner le change.

L’utilisation préventive de la menace à l’ordre public pour interdire les spectacles que vient d’entériner le Conseil d’État peut faire jurisprudence et être utilisée demain contre tout meeting ou manifestation d’organisations révolutionnaires. Rappelons que c’est en utilisant la loi du 10 janvier 1936 prise contre l’organisation fasciste des Croix de feu que le gouvernement a dissous le 12 juin 1968 pas moins de 11 organisations se réclamant de la révolution et de l’internationalisme.

Seul le combat contre Hollande et son gouvernement, pour un gouvernement ouvrier qui s’attaque résolument au capitalisme, pour l’internationalisme contre le nationalisme et l’impérialisme, pour l’unité des organisations ouvrières contre les fascistes peut constituer une réponse politique à la pourriture réactionnaire que propagent Dieudonné, Valls et leurs pairs.

19 janvier 2014