Posts Tagged With 'PRC'

Italie : les élections générales du 4 mars

Posted on mars 23, 2018  by admin  in Slide   Commentaires fermés
Italie : les élections générales du 4 mars
Les grands partis bourgeois de la période précédente (PD, FI) s’effondrent ; ceux qui restent du mouvement ouvrier (PRC, LeU) n’en bénéficient pas ; deux partis autrefois marginaux (M5S, LN) l’emportent.Pour les partisans du dégagisme, les élections générales en Italie de mars confirment qu’« il y a une vague dégagiste en Europe » (Bastien Lachaud, député La France insoumise, LCI, 5 mars). Un terme qui confond le début de la révolution sociale de Tunisie en 2011 avec la victoire électorale du capitaliste Trump aux États-Unis en 2016 ou celle de partis réactionnaires d’Italie aujourd’hui n’est guère éclairant. D’ailleurs, à cette date, LFI n’a pas présenté d’analyse véritable des élections italiennes, pas plus que le PCF ou le PS.

L’impasse du prétendu réformisme

Posted on juillet 23, 2017  by admin  in Non classé, Publications, Révolution communiste, Slide   Commentaires fermés
L’impasse du prétendu réformisme

L’illusion que le capitalisme doit être seulement réformé, qu’il peut être durablement et irréversiblement amélioré rencontre un écho non seulement chez de nombreux travailleurs, ce qui est inévitable en temps ordinaire mais aussi des chefs des organisations constituées en défi au capitalisme : coopératives ouvrières; mutuelles ; syndicats ouvriers ; partis politiques ouvriers (« travaillistes », « socialistes », « sociaux-démocrates », « communistes »…).

Italie : un pitre et un cheval de retour au centre du jeu parlementaire

Posted on juin 02, 2013  by admin  in Publications, Révolution communiste   No Comments »
Italie : un pitre et un cheval de retour au centre du jeu parlementaire

 

Les élections des 24 et 25 février pour la Chambre des députés et le Sénat ont été provoquées par la démission de Mario Monti le 9 décembre 2012, après que les parlementaires du Parti du peuple pour la liberté (PdL) eurent décidé de boycotter le vote de confiance à son gouvernement et de s’abstenir à la Chambre sur le vote du budget 2013 qui devait intervenir à la fin de l’année. En conséquence, le Parlement fut dissous le 22 après avoir, toutefois, adopté le budget. Les élections n’ont pas donné de majorité.