Posts Tagged With 'CGTP'

Pérou : À bas le gouvernement et le congrès !

Posted on décembre 15, 2017  by admin  in Publications   Commentaires fermés
Pérou : À bas le gouvernement et le congrès !

(Version espagnole / Version española)

La corruption séculaire de la bourgeoisie péruvienne – de ses hommes d’affaires, de ses politiciens, de ses juges, de ses militaires, de sa police, de ses journalistes, de ses présidents d’université, de ses prélats, etc. – a commencée à être révélée au cours de ces derniers jours. Le fil de l’écheveau a dû être tiré depuis l’étranger, ce qui donne un indice du scandaleux règne de l’impunité au Pérou.

Pérou : Pour un mouvement de masses doté d’un programme anticapitaliste et sans bureaucratie pro-bourgeoise

Posted on novembre 01, 2016  by admin  in Non classé   Commentaires fermés
Pérou : Pour un mouvement de masses doté d’un programme anticapitaliste et sans bureaucratie pro-bourgeoise

(Version espagnole/Versión española)

Comme on pouvait s’y attendre de la part d’un gouvernement de la bourgeoisie, le 14 octobre, Kuczynski [président élu en juillet, du PKK, un parti bourgeois récent dont le sigle correspond à se ses initiales] s’offrait son premier mort parmi la population : un paysan du département d’Apurimac, Quintin Cereceda. Il matérialisait ainsi, de façon criminelle, la démagogie délirante de son discours inaugural concernant la construction d’un pays « juste, équitable et solidaire » grâce à une « révolution sociale ».

Revolución Permanente (Pérou) : En avant pour de grandes conquêtes, pour la classe ouvrière et le peuple

Posted on juin 28, 2015  by admin  in Collectif révolution permanente, Publications, Révolution communiste   Commentaires fermés
Revolución Permanente (Pérou) : En avant pour de grandes conquêtes, pour la classe ouvrière et le peuple

(Version espagnole / versión española)

Les grandes luttes d’exploités sont de retour. Une série de syndicats d’entreprise combatifs, quelques provinces et régions, les prolétariats agricole et minier, les secteurs jeunes radicalisés, ont affronté le patronat et l’Etat, ouvrant ainsi une nouvelle période de montée révolutionnaire. Dans le même temps, le président Humala et son Partido Nacionalista Peruano (Parti nationaliste péruvien) ont continué à massacrer les militants ouvriers et populaires, comme l’avaient fait tous ses prédécesseurs.