ABC du marxisme : la nation

Publié le 30 juillet 2017 
ABC du marxisme : la nation

Tout nationalisme repose sur un mythe

Une classe sociale existe indépendamment de l’opinion à un moment donnée de la majorité de ses membres, car les rapports sociaux sont réels. Par contre, les divinités et les nations sont des fictions, elles ne jouent un rôle, parfois important, que parce que des millions de personnes accordent un crédit à ces idéologies. Si plus personne ne croit à Nout, Geb, Isis, Osiris et compagnie, la religion égyptienne antique sombre dans l’oubli. Si les Arabes ne veulent pas que l’Algérie soit la France, la majorité d’entre eux se rebelle et l’Algérie échappe au joug français, pour devenir politiquement indépendante. Par conséquent, les idéologues bourgeois peinent à définir la nation.

Macron – Philippe : une politique pour la bourgeoisie française au pas de charge !

Publié le 29 juillet 2017 
Macron - Philippe : une politique pour la bourgeoisie française au pas de charge !

Macron et LREM au pouvoir : ni un raz-de-marée, ni un plébiscite

Pour le second tour de l’élection présidentielle, les partis réformistes PS et PCF, la quasi-totalité des appareils syndicaux avaient appelé à voter Macron contre Le Pen, faisant mine, comme en 2002, de vouloir combattre le danger fascisant en attachant le mouvement ouvrier derrière le candidat de la bourgeoisie. Macron l’a emporté haut la main, avec cependant plus de 34 % d’abstention et de votes blancs et nuls. L’opération d’union nationale a donc un peu moins bien fonctionné qu’en 2002 pour l’élection de Chirac qui obtenait alors plus de 82 % des voix avec une participation de près de 80 %.

Universités : non à l’austérité et la sélection !

Publié le 26 juillet 2017 
Universités : non à l’austérité et la sélection !

Le gouvernement a décidé d’économiser 331 millions d’euros sur le budget alloué à l’enseignement supérieur et la recherche, dont 180 millions dans le seul ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche. Ici, 20 millions seraient ponctionnés sur différents programmes, mais principalement 160 millions seraient raflés sur des crédits mis en réserve par précaution.

L’impasse du prétendu réformisme

Publié le 23 juillet 2017 
L’impasse du prétendu réformisme

L’illusion que le capitalisme doit être seulement réformé, qu’il peut être durablement et irréversiblement amélioré rencontre un écho non seulement chez de nombreux travailleurs, ce qui est inévitable en temps ordinaire mais aussi des chefs des organisations constituées en défi au capitalisme : coopératives ouvrières; mutuelles ; syndicats ouvriers ; partis politiques ouvriers (« travaillistes », « socialistes », « sociaux-démocrates », « communistes »…).

La Révolution russe d’avril à juin 1917

Publié le 22 juillet 2017 
La Révolution russe d’avril à juin 1917

(Version turque)

Le double pouvoir

Après la révolution de février 1917 qui a vu les ouvriers des grandes villes faire grève, manifester, s’armer et attaquer les commissariats, les conscrits refuser de tirer contre eux, le tsar a abdiqué et les libertés démocratiques sont instaurées alors qu’elles sont étouffées en Allemagne, en Autriche, en France, en Grande-Bretagne au nom de la guerre. Le pays se couvre de conseils de travailleurs et de soldats (soviets).

Aucune négociation des attaques ! Retrait du projet d’ordonnance !

Publié le 08 juillet 2017 
Aucune négociation des attaques ! Retrait du projet d’ordonnance !

Lire le tract au format pdf

Malgré l’abstention massive, le nouveau président de la 5e République a obtenu une large majorité à l’Assemblée nationale avec 308 députés sur 577 pour son parti, LREM. Le gouvernement Macron-Philippe mène, tambour battant une politique dictée par les organisations patronales CPME et le Medef, l’état-major de l’armée et des grands groupes capitalistes français.

Courant juin, Macron a prolongé l’état d’urgence instauré par son prédécesseur et son gouvernement vient de présenter un projet de loi « antiterroriste » qui le rendrait permanent. Sa visite le 2 juillet à Bamako avait pour but de parrainer une nouvelle coalition militaire entre 5 pays du Sahel pour soutenir l’intervention militaire française. De leur côté, le Premier ministre Philippe et celui des comptes publics Darmarin, tous deux ex-LR, ont profité du rapport de la Cour des comptes pour annoncer le gel du point d’indice des travailleurs de la fonction publique et rétabli le jour de carence Sarkozy-Fillon.

Pétition: Avortement, les femmes décident !

Publié le 01 juillet 2017 
Pétition: Avortement, les femmes décident !

En solidarité avec l’ensemble des femmes européennes, après la lutte exemplaire des femmes espagnoles en 2014, polonaises en 2016, nous exigeons que les droits des femmes, la liberté à disposer de son corps, le droit à l’avortement et à la santé soient respectés dans tous les pays européens et inscrits comme droits fondamentaux pour l’égalité en Europe.

8 juin : la Première ministre de Grande-Bretagne joue et perd

Publié le 18 juin 2017 
 8 juin : la Première ministre de Grande-Bretagne joue et perd

Le Royaume-Uni d’Angleterre, du Pays de Galles, d’Irlande du Nord et d’Écosse conserve des traits féodaux : le chef de l’État est un monarque, la deuxième chambre parlementaire est la Chambre des Lords (nobles, prélats de l’Église anglicane, nommés par les chefs du gouvernement), etc.

Les élections législatives désignent les 650 députés de la « Chambre basse » ou « Chambre des communes ». Une majorité de 326 sièges est donc nécessaire pour atteindre la majorité absolue. La désignation est très différente du système français à deux tours, uninominal à un tour : dans chacune des 650 circonscriptions, la/le candidat/e qui obtient le plus de voix est élu/e. Depuis les législatives de 2015, le Conservative Party (CP, Parti conservateur) avait la majorité absolue avec 330 sièges.

Aucune voix pour les partis bourgeois ! Aucune négociation des prochaines attaques !

Publié le 08 juin 2017 
Aucune voix pour les partis bourgeois ! Aucune négociation des prochaines attaques !

Lire le tract au format PDF

Macron a été élu avec le soutien des vieux partis réformistes et de la plupart des directions syndicales (PS, PCF, CGT, CFDT…). Aussitôt, il a montré qu’il privilégierait l’armée et qu’il diminuerait les droits des salariés au bénéfice des patrons. Aucune travailleuse consciente, aucun travailleur conscient ne peut voter aux élections législatives des 11 & 18 juin pour les candidats LREM ou ceux des autres partis bourgeois (LR, FN, DLF, UDI, MODEM, PRG, UPR, EELV, PE, PCD…).

Pour le capital, Macron fait l’affaire

Publié le 30 mai 2017 
Pour le capital, Macron fait l’affaire

À la suite du référendum en Grande-Bretagne et de l’élection présidentielle des États-Unis, celle de France  montre la mise en cause de la représentation politique des principales bourgeoisies confrontées à une faible croissance économique et à l’accroissement des rivalités impérialistes. Les candidats des deux principaux partis politiques français des quarante années précédentes (LR, PS) ont été éliminés du premier tour.

L’État bourgeois n’est pas pour autant menacé, ni même sa forme de régime actuelle (la 5e République), car ce bouleversement politique ne peut pas être exploité par les travailleurs. En effet, l’élection présidentielle vient après une série de trahisons du PCF et du PS au gouvernement et de reculs de la classe ouvrière (dont la défaite du mouvement contre la loi Travail en 2016). Le faible score au premier tour des candidats plus ou moins liés au mouvement ouvrier (PS, LFI, NPA, LO) en témoigne : au total, 27,7 % des suffrages exprimés (le cumul s’élevait à 44,6 % au premier tour de 1981, encore 41,4 % en 2012).