Mai 68 (1) : La grève générale est venue de loin

Publié le 27 mars 2018 
Mai 68 (1) : La grève générale est venue de loin

En France, l’année 1968 a vu dix millions de travailleurs contester l’exploitation capitaliste et bousculer les bureaucraties (PCF, SFIO, CGT, de FO, de la CFTC-CFDT…) qui les tenaient depuis plus de 20 ans dans les limites des élections et des grèves tournantes ou d’une journée.

Un demi-siècle après, le soulèvement de la jeunesse et la grève générale suscitent toujours dans ce pays la peur et la haine de la bourgeoisie, ce qu’expriment sans fard ses politiciens (Le Pen, Sarkozy…) pour qui Mai 68 fut une attaque contre l’ordre établi et contre la France. Les intellectuels de la classe dominante, plus sophistiqués mais pas moins réactionnaires (Gilles Lipovetski, Luc Ferry, Alain Renaut, Pierre Manent, Bérénice Levet, Jean-Claude Michéa…), l’accusent d’être une simple farce qui a retardé le discrédit du marxisme, engendré l’individualisme, accru l’oppression des femmes, préparé le terrorisme, etc. Pour atténuer et discréditer l’événement historique, tout ce monde reçoit le renfort de quelques acteurs de l’époque (Pascal Bruckner, Bernard-Henri Lévy, André Glucksman, Daniel Cohn-Bendit, Henri Weber, Romain Goupil…) revenus du « gauchisme » de leur jeunesse et ralliés au capitalisme.

Flics et fachos, hors des facs !

Publié le 26 mars 2018 
Flics et fachos, hors des facs !

Lire le tract au format PDF

L’activité des groupes fascistes et le recours à l’appareil répressif de l’État sont de plus en plus fréquents, notamment face à la jeunesse combative. Le 7 décembre dernier, la police intervenait à l’université Lille 3 à l’occasion d’une conférence de deux écrivains ; le 6 mars, les CRS évacuaient l’université Bordeaux 4 ; le 16 mars, l’université de Dijon était occupée par les CRS et le lycée autogéré de Paris était agressé par les nazillons du GUD-BS ; le 22 mars, les CRS expulsaient les étudiants du palais universitaire de Strasbourg, et la police intervenait sur le campus de Grenoble en marge d’une conférence Frontex.

Etat espagnol : Pour la libération immédiate et sans poursuite judiciaire de tous les prisonniers politiques et des activistes sociaux

Publié le 24 mars 2018 
Etat espagnol : Pour la libération immédiate et sans poursuite judiciaire de tous les prisonniers politiques et des activistes sociaux

La situation de la classe ouvrière est très grave : le travail qui nous permet tout juste de survivre, le chômage, l’insécurité de l’emploi, le logement inaccessible, sont l’autre face des privilèges des riches, de plus en plus riches, qui ont résolu le problème de la crise capitaliste avec la surexploitation du prolétariat.

Depuis l’approbation de la loi bâillon [dite « de sécurité citoyenne », de mars 2015] et la réforme du Code pénal, les mesures de répression contre ceux qui luttent contre cette situation se sont multipliées : tous les jours, de graves accusations sont portées contre des travailleurs

Italie : les élections générales du 4 mars

Publié le 23 mars 2018 
Italie : les élections générales du 4 mars
Les grands partis bourgeois de la période précédente (PD, FI) s’effondrent ; ceux qui restent du mouvement ouvrier (PRC, LeU) n’en bénéficient pas ; deux partis autrefois marginaux (M5S, LN) l’emportent.Pour les partisans du dégagisme, les élections générales en Italie de mars confirment qu’« il y a une vague dégagiste en Europe » (Bastien Lachaud, député La France insoumise, LCI, 5 mars). Un terme qui confond le début de la révolution sociale de Tunisie en 2011 avec la victoire électorale du capitaliste Trump aux États-Unis en 2016 ou celle de partis réactionnaires d’Italie aujourd’hui n’est guère éclairant. D’ailleurs, à cette date, LFI n’a pas présenté d’analyse véritable des élections italiennes, pas plus que le PCF ou le PS.

Les hôpitaux malades de l’austérité

Publié le 23 mars 2018 
Les hôpitaux malades de l’austérité

L’offensive contre la santé publique

Partout dans le monde, les gouvernements augmentent les dépenses militaires et policières tout en rognant sur les dépenses de santé, d’enseignement… Et ils osent faire passer cette régression pour de la modernité. Comme les précédents gouvernements français, celui de Macron, Philippe & Buzyn accuse la Sécurité sociale et les hôpitaux publics des problèmes financiers qu’il crée lui-même.

Le gouvernement s’est fixé l’objectif d’un retour à l’équilibre des comptes de la Sécu en 2020. (Le Monde, 20 décembre 2017)

Il n’y a de déficit de la sécu que parce que les capitalistes refusent de la financer. D’un côté, l’État exonère plus de patrons de leurs cotisations sociales ; de l’autre, il coupe dans les dépenses qui ne sont pas liées au maintien de l’ordre. Le budget de la sécurité sociale 2018 prévoit 3 milliards d’euros de réduction de dépenses de l’assurance maladie, la moitié devant être assumée par les établissements hospitaliers.

Motion de l’AG des grévistes de l’Éducation nationale de Nanterre (Hauts-de-Seine)

Publié le 22 mars 2018 
Motion de l’AG  des grévistes  de l’Éducation nationale de Nanterre (Hauts-de-Seine)

Nous, réunis en AG de grève le 22 mars exigeons des directions syndicales (CGT, FO, FSU, Solidaires, CFDT, CFTC, UNSA…) qu’elles cessent tout « dialogue social » du plan Action publique 2022, contre le statut des cheminots, de Pacoursup, et plus globalement de toutes les attaques de l’école (sélection à l’université, réforme du bac et du lycée…), qu’elles préparent et appellent à une grève générale illimitée jusqu’au retrait de ces projets.

24 pour, 0 contre, o abstention, 0 NPPV

Dirigeants syndicaux, cessez de négocier les plans du gouvernement ! Appelez à la grève générale !

Publié le 19 mars 2018 
Dirigeants syndicaux, cessez de négocier les plans du gouvernement ! Appelez à la grève générale !

Lire le tract au format PDF

Macron et son gouvernement mettent les bouchées doubles

Cela ne s’arrêtera ni demain, ni le mois prochain, ni dans les trois mois… Nous allons continuer à réformer en profondeur. (Macron, 11 mars)

Le gouvernement a mené en automne une attaque frontale contre les salariés du privé avec les ordonnances de flexibilité et de précarisation. Il a favorisé le capital et défavorisé le travail avec les budgets 2018 de l’État et de la sécurité sociale.

Les travailleurs des EHPAD et des hôpitaux sont à bout de souffle, mais la ministre Buzyn déclare vouloir « supprimer les lits qui ne servent à rien », des milliards d’économies supplémentaires sont annoncés contre la santé publique.

Appel de l’AG du collège Asa Paulini de Anse (Rhône)

Publié le 19 mars 2018 
Appel de l'AG du collège Asa Paulini de Anse (Rhône)

Dirigeants syndicaux,  pour stopper l’offensive de Macron

cessez de négocier les plans du gouvernement

préparez la grève générale

Les enseignants et personnels du collège Asa Paulini de Anse (Rhône) soussignés déclarent :

Le projet du gouvernement intitulé Action Publique 2022 qui prévoit :

  • La limitation du rôle des CAP aux seules décisions défavorables aux agents
  • L’extension du recours au contrat contre les recrutements aux concours et les statuts
  • L’individualisation de la rémunération au mérite
  • La mise en place de « plans de départ volontaires » pour les administrations qui restructureront ou fermeront les postes

n’est négociable, ni amendable !

Brésil : Marielle Franco assassinée

Publié le 18 mars 2018 
Brésil : Marielle Franco assassinée
Une femme dynamique, noire, conseillère municipale largement élue aux élections, très populaire à Rio, membre du PSOL, féministe, qui dénonçait les abus de la police et, dernièrement, des forces armées, a été assassinée le 14 mars à Rio.Marielle Franco, professeur en administration publique, âgée de 38 ans, militait contre l’intervention de l’armée dans les quartiers pauvres et noirs, dans les bidonvilles -intervention décrété par Temer, le plus impopulaire des présidents de la planète -, contre les assassinats répétés de jeunes, pauvres et noirs, contre la violence vis-à-vis des religions d’origine africaine ce qui était pour elle un racisme religieux et une tentative d’effacer leur histoire, leur art, leur savoirs.

À bas le projet de loi contre les travailleurs et étudiants étrangers ! Des papiers pour tous !

Publié le 14 mars 2018 
À bas le projet de loi contre les travailleurs et étudiants étrangers ! Des papiers pour tous !

Lire le tract au format PDF

Camps démantelés, tentes lacérées, murs et barbelés, expulsions (parfois illégales comme celles de mineurs), tel est le quotidien des migrants du fait de la police française et de Macron. Il faut y ajouter des conditions inhumaines de survie, la dépendance à l’égard des passeurs, des marchands d’esclaves, des proxénètes, des morts par milliers à cause de la fermeture des frontières de tous les États impérialistes, dont la France.