Posts Tagged With 'coup d’Etat'

La Révolution russe de juin à septembre 1917

Posted on septembre 25, 2017  by admin  in Slide   Commentaires fermés
La Révolution russe de juin à septembre 1917

La révolution du 27 février 1917 balaya la monarchie et porta au pouvoir la bourgeoisie libérale. Cette dernière, agissant de concert avec les impérialistes anglo-français, ne voulait qu’une petite révolution de palais. Elle n’entendait dépasser en aucun cas une monarchie constitutionnelle censitaire. Et quand la révolution alla plus loin, jusqu’à l’abolition complète de la monarchie et la création de soviets (des députés ouvriers, soldats et paysans), la bourgeoisie libérale devint franchement contre-révolutionnaire. (Vladimir Lénine, « Changements dans la situation des classes », 27 juin 1917, Oeuvres, Progrès, t. 25, p. 135)

Première réaction du GKK/Autriche au « coup d’État » en Turquie

Posted on juillet 16, 2016  by admin  in Non classé, Publications   Commentaires fermés
Première réaction du GKK/Autriche au  « coup d'État » en Turquie

(Version allemande / Deutsch version)
L’expression « Etat profond» qui désigne des structures cachés, parallèlement, associées avec l’appareil d’État, des paramilitaires et des services de renseignement, a son origine en Turquie.

Le « coup d’État » d’hier 15 juillet soulève plus de questions que de réponses :

  • Qui étaient les forces motrices derrière ce « coup d’État » ?
  • Quels étaient les objectifs de cette fronde militaire ?

Égypte : la classe ouvrière face à la junte militaire

Posted on novembre 15, 2013  by admin  in Publications, Révolution communiste   No Comments »

Près de trois ans après la chute de Moubarak et malgré tous ses efforts pour préserver son appareil d’État contre la classe ouvrière qui ne cesse de combattre, la bourgeoisie égyptienne ne parvient toujours pas à stabiliser la situation, c’est-à-dire à faire refluer le mouvement des masses afin de rétablir les conditions d’exploitation « normales » de la force de travail.

Dès le début du soulèvement de la jeunesse, rapidement rejointe par les travailleurs, en janvier-février 2011, l’armée a pris le pouvoir. Mais la junte n’a pu casser la montée ouvrière en interdisant les grèves et en déchaînant la répression contre la jeunesse. Les grèves de masse ont déferlé dans tous les secteurs (transports, métallurgie, enseignement, médecine, etc.) et dans le même temps se sont constituées des organisations syndicales refusant la tutelle du gouvernement. Partout les travailleurs se sont organisés pour chasser les « petits Moubarak », c’est-à-dire les défenseurs de l’ancien régime qui s’appuient sur le patronat et l’ancien appareil d’État entièrement préservé.