Réchauffement climatique : seul le socialisme mondial peut sauver l’humanité

Publié le 20 novembre 2013 
Réchauffement climatique : seul le socialisme mondial peut sauver l'humanité

Le climat terrestre change sous l’action du capitalisme

Le 5e rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a été rendu public le 27 septembre. Cet organisme, né en 1988, est constitué de centaines de scientifiques de 195 pays. Il a confirmé le réchauffement climatique en cours.

Les experts du climat estiment désormais « extrêmement probable » – c’est-à-dire, avec une probabilité supérieure à 95 % – que l’élévation de la température terrestre relevée depuis le milieu du XXe siècle est bel et bien le fait de l’accumulation des gaz à effet de serre d’origine humaine. (Le Monde, 28 septembre 2013)

Bangladesh : Pour les revendications ouvrières, féminines et paysannes, pour une révolution sociale qui les garantisse

Publié le 20 novembre 2013 
Bangladesh : Pour les revendications ouvrières, féminines et paysannes, pour une révolution sociale qui les garantisse

1 000 ouvrières victimes en quelques minutes de l’avidité du capital

Le 24 novembre 2012, un incendie détruit l’usine Tazreen Fashion de la banlieue de Dacca, la capitale du Bangladesh, tuant plus de 100 ouvriers du textile. Le 24 avril 2013, un immeuble du Rana Plaza qui contenait cinq usines de confection et qui bafouait les règles en matière de construction, s’effondre en entraînant la mort d’au moins mille cent ouvriers.

Bien que le pays soit entravé par des infrastructures limitées, qu’il ne soit pas producteur de coton (il faut importer le coton ou le tissu de coton, surtout d’Inde ou de Chine) et que sa main-d’œuvre soit peu productive, il est devenu le deuxième exportateur de vêtements du monde. L’industrie textile représente 80 % des exportations de ce pays – dont 60 % sont destinées à des pays de l’Union européenne – et emploie trois millions de personnes – soit près de 30 % de ma main-d’œuvre industrielle – dont 90 % de femmes. L’économie capitaliste bangladaise dispose d’une main-d’œuvre encore moins payée et moins protégée qu’en Chine et en Turquie.

Projet de loi de finances 2014 : un budget pour la bourgeoisie

Publié le 19 novembre 2013 
Projet de loi de finances 2014 : un budget pour la bourgeoisie

 

Un concentré de la politique du gouvernement PS-EELV-PRG

L’Assemblée nationale a adopté le 19 novembre le projet de loi de finances 2014 à 320 voix – l’ensemble des députés du PS, du PRG, ainsi que ceux d’EELV – contre 242 – les députés de l’UMP, de l’UDI et du Front de gauche ; après un passage au Sénat, il devrait être adopté définitivement le 20 décembre.

La Commission européenne a quant à elle apporté son satisfecit, bien que les barres de 0,5 % de « déficit structurel » et de 3 % de déficit soient franchies (sans parler de celle de 60 % de dette publique que même l’Allemagne explose). Le contraire serait étonnant, à la fois compte tenu du poids de la France dans l’Union européenne et du fait du caractère anti-ouvrier de ce budget.

Il y a 70 ans, le 6 octobre 1943, Robert Cruau tombait

Publié le 17 novembre 2013 
Il y a 70 ans, le 6 octobre 1943, Robert Cruau tombait

Un combattant communiste internationaliste exécuté par les nazis

Il y a 60 ans, le 6 octobre 1943, à Brest, notre camarade Robert Cruau tombait sous les balles des nazis. Il avait 22 ans.

Robert Cruau travaille aux PTT de Nantes et est syndiqué à la Fédération postale CGT. Il adhère d’abord au Parti socialiste ouvrier et paysan, fondé par Pivert en 1938, qui s’effondre dès l’ouverture de la guerre. Il rejoint le Parti ouvrier internationaliste, la section française de la Quatrième internationale. S’inspirant de l’exemple de Lénine et du Parti bolchevik durant la Première guerre mondiale, la Quatrième internationale refuse l’union sacrée avec la bourgeoisie. Elle appelle la classe ouvrière à se préparer à l’action révolutionnaire en lien avec les travailleurs des autres pays afin d’abattre non seulement le fascisme, mais ce qui l’engendre, le capitalisme, condition indispensable pour une véritable libération.

Égypte : la classe ouvrière face à la junte militaire

Publié le 15 novembre 2013 

Près de trois ans après la chute de Moubarak et malgré tous ses efforts pour préserver son appareil d’État contre la classe ouvrière qui ne cesse de combattre, la bourgeoisie égyptienne ne parvient toujours pas à stabiliser la situation, c’est-à-dire à faire refluer le mouvement des masses afin de rétablir les conditions d’exploitation « normales » de la force de travail.

Dès le début du soulèvement de la jeunesse, rapidement rejointe par les travailleurs, en janvier-février 2011, l’armée a pris le pouvoir. Mais la junte n’a pu casser la montée ouvrière en interdisant les grèves et en déchaînant la répression contre la jeunesse. Les grèves de masse ont déferlé dans tous les secteurs (transports, métallurgie, enseignement, médecine, etc.) et dans le même temps se sont constituées des organisations syndicales refusant la tutelle du gouvernement. Partout les travailleurs se sont organisés pour chasser les « petits Moubarak », c’est-à-dire les défenseurs de l’ancien régime qui s’appuient sur le patronat et l’ancien appareil d’État entièrement préservé.

Tunisie : une situation grosse de grands combats de classe

Publié le 15 novembre 2013 

La bourgeoisie ne parvient pas à stabiliser la situation. Comme en Égypte, la classe ouvrière et la jeunesse restent combatives. Cette énergie révolutionnaire, faute d’un parti ouvrier révolutionnaire, ne parvient pas à se concentrer sur la question du pouvoir des travailleurs dont toutes les organisations ouvrières existantes se refusent à ouvrir la perspective. Dans une situation politique bloquée depuis des mois et devant la paralysie des institutions dont la bourgeoisie semble s’accommoder, la direction de la centrale syndicale UGTT, qui joue un rôle politique croissant de conciliation entre les classes, s’inquiète. Son secrétaire général déclarait :

Quand un peuple n’a plus confiance dans ses élites, les choses deviennent vraiment graves. Si par malheur on ne trouve pas d’issue à cette crise, le peuple furieux pourrait investir la rue, comme en ce 17 décembre 2010. Il n’épargnerait alors personne, ni société civile, ni pouvoir. (La Presse, 25 septembre 2013)

Pour l’élection municipale du 24 novembre à Lima, pour défendre l’indépendance politique ouvrière, vote nul

Publié le 13 novembre 2013 

A l’occasion de l’élection municipale de Lima, 6 millions d’habitants, qui opposaient Susana Villarán, la maire sortante candidate de Force sociale (FS, qui l’a emporté de peu) et Lourdes Flores, du Parti populaire chrétien (PPC), nos camarades de RP ont pris la position suivante.

Dans les élections pour le conseil municipal de la capitale, le peuple travailleur sera, une fois de plus, privé d’une liste qui le défend. Outre les candidats des partis réactionnaires connus, la maire Susana Villarán sera de nouveau présentée par la Confluencia por Lima (Convergence pour Lima) aujourd’hui sous l’étiquette Tierra y Dignidad, Terre et dignité) qui représente localement le Frente Amplio de Izquierda (Front de gauche élargi).

Halte aux destructions des camps de Roms, aux expulsions de travailleurs et d’élèves étrangers !

Publié le 27 octobre 2013 
Halte aux destructions des camps de Roms, aux   expulsions de travailleurs et d’élèves étrangers !

Tract au format pdf

Mouvement spontané des lycéens contre la politique de l’immigration

Mercredi 9 octobre, Léonarda Dibrani, 15 ans, élève au collège André Malraux de Pontarlier est expulsée au Kosovo ; samedi 12 octobre, Khatchik Kachatryan, 19 ans, élève au lycée professionnel Camille-Jenatzy dans le 18e arrondissement de Paris, est expulsé vers l’Arménie. 15 000 lycéens descendent alors dans les rues d’une douzaine de villes à la veille des vacances scolaires.

Pas touche aux congés ! Levée des sanctions !
Tract du GMI pour la Banque Postale Nantes

Publié le 15 octobre 2013 
Pas touche aux congés ! Levée des sanctions !  Tract du GMI pour la Banque Postale Nantes

Le jeudi 27 septembre au matin, les personnels des services clientèle (plateforme mixtes téléphone/courrier) apprennent que l’octroi de leurs congés dépendrait désormais du trafic téléphonique attendu (calculé sur les flux des années précédentes).

Tous dans la rue pour une grève massive jusqu’à la victoire !
Tract des HWRS / États-Unis

Publié le 08 octobre 2013 
Tous dans la rue pour une grève massive jusqu’à la victoire ! Tract des HWRS / États-Unis

À seulement deux jours de l’entrée en vigueur du préavis de grève du 10 octobre, les patrons de BART [« Bay Area Rapid Transit District », les transports publics de l’agglomération de San Francisco, Californie], leurs soutiens capitalistes, les briseurs de grève et la police sont prêts. Le sommes-nous ?