Aucune sanction à Air France ! Boycott de la conférence sociale de Hollande-Valls-Macron !

Publié le 08 octobre 2015 
Aucune sanction à Air France ! Boycott de la conférence sociale de Hollande-Valls-Macron !

 Lire le tract au format PDF

(Version espagnole / Versión española)

Le droit du travail limite l’exploitation. En son sein, la loi prédomine sur les accords. Parmi ceux-ci, les conventions collectives l’emportent encore, pour l’essentiel, sur les accords d’entreprise. Mais pour les organisations patronales et les partis bourgeois, le Code du travail, aussi limité et aussi contourné soit-il par les capitalistes, reste trop protecteur des salariés.

Pérou : Contre l’impérialisme et son gouvernement fantoche

Publié le 07 octobre 2015 
Pérou : Contre l’impérialisme et son gouvernement fantoche

(Version espagnole / Versión española)

Lima est, en ce moment, le siège des réunions annuelles du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, les deux institutions les plus importantes chargées de coordonner et de rendre viable les finances impérialistes pour l’exploitation des peuples du monde. D’autres institutions capitalistes comme l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) participent également à ce sommet.

Que ces évènements se tiennent dans la capitale montre à quel point les gouvernements de la bourgeoisie péruvienne ont satisfait inlassablement aux appétits et exigences de ces organismes ; une tradition historique qui remonte à 1954, date à laquelle le Pérou fut le premier pays latino-américain, le troisième au niveau mondial, à solliciter un prêt du FMI.

Affaiblie à l’international, la bourgeoisie française entend redoubler de coups contre les travailleurs

Publié le 01 octobre 2015 
Affaiblie à l’international, la bourgeoisie française entend redoubler de coups contre les travailleurs

Le gouvernement s’attribue les mérites d’une reprise incertaine

Le FMI a revu en juillet sa prévision de croissance mondiale à 3,3 %. C’est dans un contexte d’incertitude sur le capitalisme mondial [voir Révolution communiste n° 11] que l’économie française peine à conserver sa position face à ses concurrents.

Pourtant, depuis le début de la présidence Hollande, un certain nombre de mesures ont été prises pour renforcer la compétitivité du capital français au détriment des travailleurs.

Parti bolchevik
Projet de résolution pour la Conférence internationale des femmes socialistes
Berne 26-28 mars 1915

Publié le 30 septembre 2015 
Parti bolchevik Projet de résolution pour la Conférence internationale des femmes socialistes Berne 26-28 mars 1915

Présentation

« Inessa Armand, au nom du journal bolchevik pour les femmes « Rabotnitsa » proposa en novembre 1914 une rencontre des femmes représentant la gauche révolutionnaire. » (Craig Nation, War on War, 1989, Haymarket, p. 68)

Armand et Alexandra Kollontaï ─une menchevik qui a rejoint au début 1915 le Parti bolchevik pour sa position sur la guerre─ s’adressent à Clara Zetkin, secrétaire du bureau international de l’Internationale des femmes socialistes. Celle-ci est aussi fondatrice du Groupe l’Internationale du SPD allemand (GI), avec Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, qui s’oppose à la guerre mais ne rompt pas avec le SPD.

1915 : les conférences internationales des femmes et des jeunes socialistes

Publié le 30 septembre 2015 
1915 : les conférences internationales des femmes et des jeunes socialistes

La guerre qui s’ouvre en août 1914 voit la faillite de l’Internationale ouvrière. Ses principales sections : le Parti social-démocrate allemand (SPD), le Parti travailliste britannique (LP), le Parti socialiste français (PS-SFIO), le Parti social-démocrate ouvrier autrichien (SDAP) et le Part ouvrier belge (POB) piétinent les résolutions des congrès internationaux en votant les crédits de guerre.

Les travailleurs des campagnes roulés dans la farine par les capitalistes de l’agriculture et de l’agro-alimentaire

Publié le 26 septembre 2015 
Les travailleurs des campagnes roulés dans la farine par les capitalistes de l’agriculture et de l’agro-alimentaire

Les « mobilisations paysannes », un modèle pour le « monde du travail » ?

En février 2014, l’embargo de l’État russe sur les importations de viande de porc européenne conduit à une baisse des prix dans tout le continent. Le 12 juin 2015, patrons des abattoirs, de l’industrie charcutière et des chaînes commerciales s’engagent, sous la pression du gouvernement Hollande-Valls-Le Foll, à augmenter le prix payé aux éleveurs à 1,40 euro le kilo. Du 18 au 24 juillet, à l’appel de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA),

L’agriculture française de la 2e Guerre mondiale à nos jours

Publié le 26 septembre 2015 
L’agriculture française de la 2e Guerre mondiale à nos jours

La 4e République ménage l’agriculture archaïque

La Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles a été fondée en 1949, au temps de la « guerre froide », par d’anciens responsables pétainistes de la Corporation paysanne du régime de Vichy et des nouveaux venus du MRP (le parti issu de la résistance bourgeoise, à l’origine des actuels LR, UDI et MoDem).
Les dirigeants de la FNSEA, la plupart du temps céréaliers du bassin parisien, jouissent de privilèges considérables. Indispensables à la bourgeoisie, ils sont complètement inféodés à l’appareil d’État et font quasiment la loi au Parlement, en utilisant le poids de centaines de milliers de petits paysans. (J. Robin, « Fin du syndicalisme agricole unitaire », Critiques de l’économie politique n° 18, octobre 1974, p. 101)

Ni persécution, ni charité : ouverture des frontières !

Publié le 25 septembre 2015 
Ni persécution, ni charité : ouverture des frontières !

Le capitalisme est entré dans une période de destruction de l’environnement (climat…), de liquidation systématique des droits arrachés par les luttes ouvrières (retraite, allocation chômage, droit de grève, limitation au licenciement, etc.), d’expéditions néocoloniales qui déchirent des États entiers (Irak, Ukraine, Syrie…), de militarisme (avec, en plus des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France, des acteurs internationaux nouveaux comme la Chine ou qui réapparaissent comme l’Allemagne et le Japon), de restriction des libertés au nom de la « lutte contre le terrorisme », de montée du fanatisme religieux et du fascisme, de fermeture de frontières…

Les racines de la crise du POI

Publié le 23 septembre 2015 
Les racines de la crise du POI

(Version espagnole / Versión española)

Probablement Marx dirait de ces messieurs ce que Heine disait de ses imitateurs : j’ai semé des dragons et j’ai récolté des puces. (Friedrich Engels, Lettre à Paul Lafargue, 27 août 1890)

Sur le cadavre de la 4e Internationale

Le Parti ouvrier indépendant (POI) est plongé depuis le printemps dans une crise qui met aux prises deux fractions. Son éclatement en deux organisations distinctes, se réclamant toutes deux du POI, est aujourd’hui consommé. Les lecteurs d’Informations ouvrières, le journal du POI, n’ont rien su des positions politiques qui s’affrontent. D’ailleurs, le site du POI est « en travaux » depuis des mois et celui de l’hebdomadaire n’est plus alimenté depuis début juillet 2015.

Quand la Chine inquiète la bourgeoisie à l’échelle mondiale

Publié le 23 septembre 2015 
Quand la Chine inquiète la bourgeoisie à l’échelle mondiale

Le krach boursier de la Chine capitaliste

Le précédent effondrement boursier en Chine remontait à 2008. Le nouveau a commencé en début juin. Depuis le 12 juin, les capitalisations boursières de Shenzhen et de Shanghai ont diminué de plus de 40 %. Le 24 août a même été qualifié de « lundi noir » à cause de l’effondrement des trois marchés d’actions de la Chine.