Burkini, le prétexte d’une campagne raciste

Publié le 18 septembre 2016 
Burkini, le prétexte d’une campagne raciste

Le 28 juillet, le maire de Cannes, Davis Isnard, un proche de Sarkozy et de Ciotti, promulgue un arrêté municipal pour interdire le port d’un vêtement de plage dit « burkini », « manifestant de manière ostentatoire une appartenance religieuse alors que la France et les lieux de culte sont actuellement la cible d’attentats terroristes ».

Communiqué du comité de soutien aux goodyears

Publié le 15 septembre 2016 
Communiqué du comité de soutien aux goodyears

Les 19 et 20 octobre 2016 à Amiens : Obtenons le retrait des poursuites et la relaxe des 8 Goodyear

Cher(e)s ami(e)s, cher(e)s camarades,

Nous avons créé avec vous des comités de soutien, nous nous sommes rendus à plus de 30 collectifs, nous avons parcouru la France et à chaque fois nous avons pu constater une totale implication des comités pour développer les initiatives pour exiger la relaxe des 8 Goodyear.

Nos 8 camarades seront jugés en appel à Amiens les 19 et 20 octobre 2016. Il nous reste donc 6 semaines pour préparer une mobilisation sans précédent afin de réclamer le retrait des poursuites et la relaxe des 8 Goodyear, condamnés en première instance à 24 mois de prison, dont 9 fermes !

Un putsch institutionnel de la bourgeoisie brésilienne contre le PT affaibli par des années de collaboration

Publié le 04 septembre 2016 
Un putsch institutionnel de la bourgeoisie brésilienne contre le PT affaibli par des années de collaboration

Nicaragua 1936 ; Argentine 1943, 1962, 1966, 1976 ; Salvador 1945 ; Guatemala 1954 ; Paraguay 1954, 2012 ; Salvador 1961 ; Équateur 1963 ; Bolivie 1964 ;Brésil 1964 ;Panama 1968 ; Pérou 1968 ;Chili 1973 ; Uruguay 1973 ; Honduras 2009… Le continent latino-américain a souvent été le théâtre de coups d’État, toujours soutenus et parfois organisés par l’impérialisme. Actuellement, alors que plusieurs gouvernements structurés par des partis ouvriers-bourgeois ou nationalistes sont fragilisés, notamment celui de Nicolás Maduro au Venezuela, la présidente brésilienne Dilma Rousseff a été écartée du pouvoir par la bourgeoisie déchaînée qui souhaite mener une violente politique anti-ouvrière.

37e congrès du PCF : Pour un « Front populaire et citoyen »

Publié le 17 août 2016 
37e congrès du PCF : Pour un « Front populaire et citoyen »

Seuls les chiffres sont dans le rouge

Depuis le dernier congrès du Parti communiste français (2013), les chiffres officiels sont passés de 64 000 cotisants à 52 000 et de 34 000 votants à 29 000. Le texte d’orientation présenté par la direction et défendu par Pierre Laurent est minoritaire dans les 5 fédérations (Pas-de-Calais, Nord, Seine-Maritime, Paris, Bouches-du-Rhône) qui comptent le plus d’adhérents (entre 1 200 et 4 000) ; au contraire, 10 des 23 départements dans lesquels il fait ses meilleurs scores (plus de 64 %) correspondent à des secteurs de faible implantation (entre 50 et 350 adhérents). À l’échelle nationale, il s’assure une très courte majorité (51,2 %) qui témoigne des dissensions entre les courants cristallisés autour des cinq textes soumis au vote et qui a obligé la direction du PCF à remettre à plus tard les décisions que le congrès, tenu du 2 au 5 juin à Aubervilliers, était censé trancher.

Elles portent sur la façon la plus efficace de sauver les meubles lors des élections de 2017, préoccupation qui cimente tous ces réformistes.

Comment LO et le NPA se sont opposé à la grève générale

Publié le 10 août 2016 
Comment LO et le NPA se sont opposé à la grève générale

Le NPA a été fondé sur le reniement du communisme. La direction de LO pratique un double langage : elle parle de révolution dans sa revue et durant ses fêtes. Le reste du temps, l’hebdomadaire et les tracts invitent le « monde du travail » à voter pour « faire entendre le camp des travailleurs » (faire entendre à qui ?)et à suivre les consignes de la bureaucratie de la CGT.

LO et le NPA cautionnent déjà la prochaine initiative de Martinez et Mailly qu’ils font passer auprès des travailleurs et des étudiants pour une tactique avisée.

La seule voie pour faire reculer le gouvernement et le patronat, c’est de poursuivre la mobilisation, en faisant grève et en manifestant dès le 15 septembre, à l’occasion de la journée d’action organisée par plusieurs organisations syndicales pour exiger le retrait de la loi travail. (Lutte ouvrière, 10 août 2016)

L’intersyndicale appelle le jeudi 15 septembre à une nouvelle journée d’action… Dès maintenant, nous devons la préparer… En septembre, la jeunesse retrouvera le chemin des écoles et des universités, et il sera possible de discuter à nouveau de la convergence des luttes pour construire un mouvement de grève qui bloque l’économie. (L’Anticapitaliste, 13 juillet 2016)

Le sabotage par les chefs syndicaux du mouvement contre le projet de loi travail

Publié le 08 août 2016 
Le sabotage par les chefs syndicaux du mouvement contre le projet de loi travail

Gouverner sous le capitalisme, c’est gouverner pour le capitalisme

Dans le cadre du capitalisme, il est possible de participer aux élections et même aux organes législatifs, mais le parti ouvrier, s’il est fidèle à ses principes, est un parti d’opposition. Participer au pouvoir exécutif se fait toujours au compte de la classe dominante.

Il y a une différence essentielle entre les corps législatifs et le gouvernement d’un État bourgeois. Lorsque, au parlement, les élus ouvriers ne réussissent pas à faire triompher leurs revendications, ils peuvent, tout au moins, continuer la lutte en persistant dans une attitude d’opposition. Le gouvernement, par contre, qui a pour tâche l’exécution des lois, l’action, n’a pas de place, dans ses cadres, pour une opposition de principes ; il doit agir constamment et par chacun de ses organes ; il doit, par conséquent, même lorsqu’il est formé de membres de différents partis, comme le sont en France depuis quelques années les ministères mixtes, avoir constamment une base de principes communs qui lui donne la possibilité d’agir, c’est-à-dire la base de l’ordre existant, autrement dit, la base de l’État bourgeois… (Rosa Luxemburg, Question de tactique, juillet 1899)

Après le Brexit : À bas le chauvinisme ! Liberté de circulation des travailleurs ! États-Unis socialistes d’Europe !

Publié le 22 juillet 2016 
Après le Brexit : À bas le chauvinisme ! Liberté de circulation des travailleurs ! États-Unis socialistes d’Europe !

(Version anglaise / English version)

(Version allemande/Deutsch version)

(Version turque / Turkish version)

Les bourgeoisies d’Europe sont incapables d’unifier l’Europe, à l’époque du déclin du capitalisme ; alors qu’elles étaient, à l’époque du capitalisme ascendant, capables d’unifier l’Allemagne, l’Italie et les États-Unis d’Amérique. La sortie récente de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, qui est une tentative de surmonter l’étroitesse des frontières par les deux principales bourgeoisies du continent, celles de l’Allemagne et de la France, en est la preuve.

Non au renforcement de l’appareil répressif de l’Etat ! Arrêt des interventions militaires en Libye, en Syrie et en Irak !

Publié le 21 juillet 2016 
Non au renforcement de l’appareil répressif de l’Etat ! Arrêt des interventions militaires en Libye, en Syrie et en Irak !

Un nouvel attentat réactionnaire en France

Lors du feu d’artifice du 14 juillet à Nice, un fanatique a fauché avec un camion de location plusieurs centaines de spectateurs, français de toutes origines et nombreux étrangers, causant 84 morts et 202 blessés. L’EI-Daech a revendiqué l’attentat.

L’auteur de l’opération…menée à Nice en France est un soldat de l’Etat islamique. Il a exécuté l’opération en réponse aux appels lancés pour prendre pour cible les ressortissants des pays de la coalition qui combat l’EI.(EI, Communiqué, 16 juillet)

Comme la plupart des précédents terroristes, l’assassin de civils désarmés était un délinquant, auteur de vol, de violence routière, de violences répétées sur sa femme et ses enfants.

Considérer comme responsables de la politique d’un pays tous ses ressortissants est stupide et réactionnaire. Cette logique délirante du nationalisme n’est pas propre à l’EI-Daech, mais elle lui a servi à justifier des attentats contre des militants kurdes en Turquie, des artistes (Charlie Hebdo…), des Juifs (école de Toulouse, supermarché casher…), des homosexuels (Pulse d’Orlando), de simples voyageurs (train, avion…) ou des travailleurs coupables à leurs yeux de prendre des loisirs : musée, stade, salle de concert, boîte de nuit, café et restaurant, maintenant feu d’artifice…

Première réaction du GKK/Autriche au « coup d’État » en Turquie

Publié le 16 juillet 2016 
Première réaction du GKK/Autriche au  « coup d'État » en Turquie

(Version allemande / Deutsch version)
L’expression « Etat profond» qui désigne des structures cachés, parallèlement, associées avec l’appareil d’État, des paramilitaires et des services de renseignement, a son origine en Turquie.

Le « coup d’État » d’hier 15 juillet soulève plus de questions que de réponses :

  • Qui étaient les forces motrices derrière ce « coup d’État » ?
  • Quels étaient les objectifs de cette fronde militaire ?

1936-1938 : la coalition de Front populaire empêche la classe ouvrière de prendre le pouvoir en France

Publié le 15 juillet 2016 
1936-1938 : la coalition de Front populaire empêche la classe ouvrière de prendre le pouvoir en France

Depuis 1936, les partis ouvriers bourgeois ne cessent de seriner aux masses que le gouvernement de Front populaire était leur gouvernement, que c’est à lui que l’on doit les « avancées » sociales obtenues en 1936 et qu’il faut recommencer. Rien n’est plus faux .

Ainsi, le 1er mai, Cambadélis avait déposé, en levant le poing, une gerbe à la statue de Blum : « Léon Blum c’est la gauche unie, la gauche qui agit ! ». Le Premier secrétaire du PS a comparé Hollande à Blum et dénoncé ceux qui divisent « la gauche ».

Quelques semaines plus tard, le 37e congrès du PCF se prononce pour la formation d’un nouveau « Front populaire et citoyen, à la fois fait de mobilisations sociales, de constructions citoyennes et d’alliance avec des courants transformateurs et réformistes prêts à agir pour un projet de transformation sociale ».

Alors que la chambre de Front populaire élue en avril-mai 1936 a voté en juillet 1940 les pleins pouvoirs à Pétain, le Parti radical ayant repris dès 1938 toutes les conquêtes obtenues par la grève générale de 1936, d’ailleurs absentes du programme du Front populaire.